ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Collaboration et réseaux sociaux

reseaux_sociaux.jpg

Collaboration et réseaux sociaux : qu’en est-il ?

Résultats et interprétation de l’enquête RH info

Comme nos précédentes enquêtes l’ont montré, la collaboration devient le moteur principal de l’évolution des modes de travail, d’organisation, du management et de formation. Il est clair que les Réseaux Sociaux peuvent jouer un rôle important en matière de collaboration professionnelle. Leur usage croissant semble en témoigner.

Mais qu’en est-il sur le fond et dans la pratique ? RH info a mené une enquête auprès de 351 professionnels, issus notamment : pour 53,8 % du secteur RH ; 8,8 % des Directions Générales ; 7,7 % des secteurs Commercial et Opération. Et si les grandes entreprises (plus de 3000 salariés) représentent 29,3 % des répondants, on en trouve ensuite 24,2 % dans les PME-PMI (de 50 à 499 salariés) et 18,5 % dans les TPE (moins de 20 salariés), soit une répartition assez équilibrée en terme de taille d’entreprises : toutes sont concernées par cette problématique.

Au-delà de l’échange, des attendus opérationnels

Le premier attendu des réseaux sociaux en termes de collaboration, comme on pouvait naturellement s’y attendre, est « l’échange d’idées possiblement innovantes avec les autres » pour 42,5 % des répondants. Mais ce qui est plus significatif est qu’il y a aussi des attentes opérationnelles : 28,5 % y voient un moyen « d’intégrer tous les acteurs d’une action, internes comme externes à l’entreprise » et 26,5 % de « réaliser un travail en commun ».

Des opportunités de plus grande efficacité

C’est l’élargissement du champ des possibles qui constitue pour 37,6 % des répondants une opportunité pour devenir davantage « une force d’initiative et de proposition ». Mais le caractère opérationnel est confirmé par le fait que 34,5 % estiment que cette collaboration leur permet « d’atteindre leurs objectifs plus efficacement », et 22,5 % trouvent déjà un intérêt à « confronter leurs idées avec d’autres ».

Mais un usage encore en développement

Si seuls 15,4 % des répondants estiment que les réseaux sociaux constituent « un moyen privilégié de collaboration », cela passe d’abord par « leur réseau interne à l’entreprise » (43,6 %) ou « l’appel direct à leurs collègues » (33,6 %), ce qui ne semble pas anormal, au demeurant. 

Mais on voit bien que l’usage est en plein développement, lorsqu’à la question "Les réseaux sociaux sont-ils pour vous un véritable lieu de collaboration ?", 39 % des répondants répondent par l’affirmative et 32,2 % estiment que ce sera peut-être le cas à l’avenir. Seuls 12,5 % doutent vraiment de cette opportunité.

Il est vrai que la croissance rapide des réseaux sociaux relève de facteurs d’abord exogènes

L’apparition et le développement de la pratique assidue des réseaux sociaux semble d’abord liés à une évolution sociétale dans le rapport au monde : pour 35,9 % de répondants, cela correspond à « une soif d’information et de curiosité sur beaucoup de sujets » ; et « l’appartenance à une communauté » vient juste après, avec 33,3 %. Enfin, 26,5 % estiment que la croissance très rapide des réseaux sociaux est due à « une addiction croissante aux outils technologiques et à leurs fonctionnalités ». A noter que seuls 4,3 % pensent qu’il ne s’agit que d’un phénomène de mode.

Curiosité et employabilité sont les motivations essentielles des professionnels

Ils sont 53,8 % à déclarer que le développement de leur réseau est important pour eux pour « augmenter leurs échanges sur des sujets qui les intéressent » et 27,9 % y voient une « amélioration de leur employabilité ». Il est intéressant de constater cette évolution de mentalité, reposant sur la conscience que ce sont les interactions qui sont fructueuses et porteuses d’opportunités, et non plus une posture de spectateur ou de simple demandeur. 12,8 % estiment même que c’est pour eux un moyen pour « porter plus efficacement les couleurs de leur entreprise ». Les problématiques de marque employeur se reflètent donc ici sous plusieurs aspects. Ce n’est pas anodin.

La conscience des risques côtoie une confiance dans la valeur de l’outil

A la question "quel est pour vous le principal frein à l’utilisation des Réseaux Sociaux pour collaborer", la réponse qui vient en tête, avec 33,6 % de vote, est : « Je ne vois pas de frein réel. C’est le média incontournable de l’avenir. » Viennent ensuite les réserves et la prudence sur le bon usage des réseaux : 28,8 % sur « la méconnaissance des interlocuteurs et leur sérieux » ; 23,1 % visent « le manque de certitude sur les informations recueillies ». Néanmoins seuls 14,5 % déclarent « ne pas trouver le groupe ou la communauté d’intérêt correspondant à leurs besoins ». Une grande majorité, donc, font preuve d’optimisme et de discernement dans leur usage des réseaux sociaux.

Un avenir prometteur

Cet optimisme se retrouve dans la dernière question de notre enquête, où 57,7 % des répondants affirment que collaboration et réseaux sociaux verront leurs interactions de plus en plus croissantes. On peut d’ailleurs y rattacher les 15,7 % pour lesquels les deux vont déjà « totalement de pair et sont indissociables ». Ce qui nous mène tout de même à 73,4 % de promoteurs des réseaux sociaux pour la collaboration professionnelle ! Là encore ce n’est pas anodin : seul 6,6 % ne voient pas vraiment d’interaction, à l’expérience.

Conclusion : un ensemble de résultats révélateur d’une évolution des pratiques professionnelles

Au final, cette enquête nous permet de constater que l’usage des réseaux sociaux pénètre de plus en plus les pratiques professionnelles et la dynamique collaborative, même si certaines réserves et une prudence certaine restent de vigueur. Cette évolution trouve sa source tant dans une réalité technologique qui ouvre un champ de possibilité inédit et croissant, que dans une évolution sociétale qui induit aussi un autre rapport au travail, où le rapport à l’espace et au temps est modifié : la distance et le moment n’interdisent plus l’échange et la collaboration, ni même la coopération. Ceci semble d’autant plus impactant que, dans ces pratiques, la sphère privée et la sphère professionnelle s’entrecroisent, voire se rencontrent sur bien des aspects. En tout les cas cela ne semble pas avoir un caractère éphémère : il y a bien pour un professionnel un avant et un après les réseaux sociaux.

Auteur

patrick_bouvard.jpg

Rédacteur en chef de RH info

Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en...

patrick_bouvard.jpg

Patrick Bouvard

Rédacteur en chef de RH info Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en Sorbonne, il enseigne...

Du même auteur

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

Les managers sont confrontés tôt ou tard à cette question angoissante : ai-je besoin d’affirmer ou...

Par Patrick Bouvard, le 11/10/2018