RH info

RSS

Articles
Imprimer Envoi email
Share
Stratégie RH > Politique RH
(8 commentaires) |
(5 votes )
|
Quelles missions pour la Direction des Ressources Humaines ?
04.10.2012
(Il y a 1 ans)
Chardin Thomas

Le changement technologique est une occasion extraordinaire de repenser le travail et d'améliorer la qualité de vie au travail.
Antoine Riboud

Solutions RH en mode SaaS, Cloud RH, Décisionnel RH, Marketing RH, Externalisation RH, Marque Employeur, Personal Branding, Recrutement 2.0, BYOD, Réseaux Sociaux, Talent War… les tendances RH ne manquent pas. Elles adressent directement les décideurs RH et leurs capacités d’élargissement de leur vision RH pour y intégrer de nouveaux comportements, de nouvelles pratiques, de nouvelles technologies.

Tant d’un point de vue conceptuel que pratique, le livre blanc « « Tendances RH »1 permet d’en comprendre les contours, les applications RH, les chances et les risques pour la fonction RH.

Pour autant, afin d’apprécier les bénéfices de telle ou telle tendance, il convient que chaque DRH s’interroge sur sa mission. Quel est mon cœur de métier ? Quelle est ma valeur ajoutée ? Quel est mon rôle dans l’organisation d’aujourd’hui et de demain ?

Le choix de l’externalisation RH requiert  par exemple une double évaluation objective :

  • celle de l’efficacité de mes services administratifs RH (quelle satisfaction interne, pour quelle qualité, à quel coût ?),
  • et celle de la contribution potentielle de cette démarche partenariale de délégation sur le long terme.

 

Le degré d’acceptation du DRH et de mise en œuvre d’une tendance RH est fonction de la conception qu’il se fait de sa mission, dans une vision dynamique de son activité.

A l’heure où les DRH sont de plus en plus mis au défi d’adopter une perspective stratégique concernant leur rôle dans les organisations, de nombreuses études mettent en avant leur manque de « social ». La défiance et le manque de proximité iraient croissant entre salariés et acteurs de la fonction RH2.

Dans le même temps, en déversant son flux continu de règles et de jurisprudences, la loi dicte l’agenda des DRH. Ils sont 58% à penser que  les contraintes légales sont le premier facteur d’évolution de leurs pratiques, devant le facteur économique et le déficit de talents de l’entreprise3 ! Les DRH subissent donc les changements plus qu’ils ne les promeuvent ou ne les accompagnent.

Les responsables opérationnels, souvent qualifiés de « premiers RH », ne sont pas en reste et attendent toujours plus d’assistance, de conseils et de services de la part des acteurs de la DRH.

Comment ne pas devenir une girouette schizophrène dans un tel contexte de contraintes et d’attentes divergentes ? Comment bénéficier d’un éventuel vent favorable d’une tendance RH, si on ne sait pas clairement où l’on est et où l’on va ?

Plus ou moins consciemment et volontairement, le DRH a toujours été un gestionnaire de paradoxes, maintenant la fonction RH sur le fil du rasoir, entre l'humain et l'économique, entre le corps social et la direction, entre le marteau et l’enclume. Comme des électrons qui rentrent en collision, aujourd'hui ces paradoxes explosent dans un système en crise.

Pour éclairer la prise en compte de ces tendances RH et leur donner du sens, la matrice4 ci-dessous repositionne selon un axe temporel (Quotidien / Futur) et un axe thématique (Processus / Hommes) les quatre grands rôles attendus de la fonction RH et les grandes activités liées à chacun d’entre eux.

 

Quelle mission pour la DRH ?

 

Le DRH « Strategic Partner », un acteur à part entière à la stratégie de l’entreprise :

  • Il anticipe les besoins de compétences, tant qualitatifs que quantitatifs ;
  • Il décline la stratégie en opérations RH et aligne toute l’organisation sur ces dernières ;
  • Il mesure la performance de sa fonction comme de sa contribution à la performance de l’entreprise.

Les outils décisionnels en GRH permettant une vision précise de “KPI RH” homogènes, consolidés, partagés, en temps réel ou prédictifs, trouveront toute leur place ici pour soutenir ce rôle stratégique du DRH.

 

Le DRH « Business Partner », un gestionnaire de talents, coach des opérationnels :

  • Il attire et recrute, évalue, rémunère et fidélise, forme et développe les compétences ;
  • Il facilite l’autonomie du manager sur les sujets RH, en l’assistant au quotidien, sur le terrain, et en mettant à sa disposition des services adaptés à ses besoins spécifiques ;
  • Il accompagne l’évolution de l’organisation et conduit le changement.

Des applications RH en mode SaaS, faciles et rapides de déploiement, et un “portail RH Manager” qui consolide les données RH, constituent des pistes technologiques intéressantes pour rendre tangiblela coopération positive de la fonction RH aux activités des responsables opérationnels.

 

Le DRH « Human Partner », portant le H de DRH :

  • Il écoute l’ensemble du corps social ;
  • Il dialogue et partage les orientations de l’entreprise, en ménageant des moments informels nécessaires à une communication sincère ;
  • Il développe l’engagement, la motivation et la fierté d’appartenance par une confiance retrouvée.

Pour que l’entreprise soit une « Best Place To Work » et un « Employer Of Choice », le DRH doit être le  garant des valeurs en assurant le respect des engagements pris par le  management. Mais il doit aussi savoir appliquer toutes les techniques du marketing  à ses “clients” internes. Ne négligeons pas non plus l’apport des technologies digitales et les zones de communications transversales que créent les démarches participatives comme les communautés de compétences, l’innovation incrémentale ou le social learning.

 

Le DRH « Expert Administratif » : pas de DRH talentueux sans rigueur !

  • Il garantit le respect de l’ensemble des contraintes légales ;
  • Il assure les fondamentaux de la fonction RH ;
  • Il administre au quotidien les ressources humaines, des bulletins de paie aux déclarations sociales, en passant par l’établissement de la 2483 et l’archivage des entretiens annuels.

Inutile de prétendre développer les compétences si le catalogue de formations n’est pas renseigné correctement dans le SIRH ; ou motiver les salariés quand la paie est fausse. L’excellence administrative de la DRH est une condition préalable à son succès dans les rôles précédents. Au final, « la stratégie est un art simple mais tout d'exécution ».

 

Le DRH, un équilibriste créateur de liens

Si on attend de la fonction RH une contribution à la performance de l’entreprise et au bien-être des collaborateurs, aucun de ces quatre rôles ne doit prédominer. La mission cible du DRH est bien celle “du juste milieu” : une position équilibrée entre ces quatre rôles. Il doit assumer cet équilibre instable, garantissant tout à la fois la constance de l’organisation et son évolution, avec un courage stratégique, une crédibilité opérationnelle, une vocation sociale, une excellente administrative.

Confronté régulièrement au changement, le DRH a toujours su s’adapter. Le saura-t-il face au tsunami du digital et des réseaux sociaux qui arrive, avec les transformations culturelles qui bouleversent sa vision de l’organisation traditionnelle du travail ?

 

 


1 Cet article pour RH Info est extrait du livre blanc proposé par PowerOn en partenariat avec LinkedIn intitulé « Tendances RH - 10 experts partagent leurs visions ». Vous pouvez le télécharger sur www.tendances-rh.com.

2 Enquête de l’Observatoire Cegos “Radioscopie des DRH”, publiée le 19 juin, réalisée en avril-mai 2012, auprès de 300 DRH et de 1 000 salariés d’entreprises françaises de plus de 150 salariés.

3 Etude de l’ANDRH et Inergie pour Entreprise & Carrières – « Baromètre Défis RH 2012 », auprès de 213 DRH interrogés du 13 au 30 mars 2012.

4 Cette matrice est librement inspirée de celle de Dave Ulrich présentée dans son ouvrage de référence "Human Resource Champions. The Next Agenda for Adding Value and Delivering Results", 1999.

Commenter
If the image is illegible, click it to get another one.
* Champ(s) obligatoire(s)

kone 06/02/2013 - 12:43

effectivement un DRH tient l'entreprise donc a une place tres importance sa mission gerer le personnel dans un bon climat social a fin d'etre productif

Thomas CHARDIN17/11/2012 - 01:04

Effectivement, les compétences managériales ne sont pas l'apanage des acteurs de la fonction RH.
Il me semble néanmoins important de distinguer
- les RH (les salariés),
- la GRH (les actes de gestion et de décision RH : recrutement, évaluation, communication, ...) portée de fait par les managers,
- la fonction RH (le DRH et les services qui lui sont rattachés).

Tout le monde communique et pourtant tout le monde n'a pas les compétences d'un directeur de la communication.

Par exemple, il ne me semble pas que les compétences de gestion de la paie, des déclarations sociales, des aspects contratuels ("Expert Administrative") soient le lot de chacun. Ils sont les basiques de la fonction.

De même, porter (la majorité de) la responsabilité du dialogue social, du bien-être au travail, des TMS au RPS. L'accompagnement des managers dans leurs activités RH ne me parait pas être une prérogative du DAF mais bien de la DRH.

Là où je peux vous rejoindre c'est que le périmètre de la fonction mériterait d'être clarifié. Au fil des années et des évolutions légales, on demande à la fonction RH de remplir un ensemble de tâches qui pourraient bien l'éloigner de sa mission fondamentale. Encore faut-il la définir et la partager.

Anonyme15/11/2012 - 11:17

sans vouloir polémiquer, il me semble que les compétences listées dans la matrice de votre article devrait être le lot de chacun aussi bien dans son quotidien personnel que professionnel ... et si chacun, de la place qu'il occupe était tout simplement acteur, décideur et force de proposition ??? pour rendre l'organisation apprenante et donner du sens ?

victor waknine08/10/2012 - 13:34

effectivement, nos démarches s'inscrivent dans un même but avec des chemins et des accroches différentes et complémentaires
Mon post était davantage un partage de ressenti qu'un avis, histoire de dialoguer

Thomas CHARDIN04/10/2012 - 22:46

J'ai bien noté vos chroniques pour des DRH authentiques. Je les apprécie et j'en partage pleinement la finalité.
Ce qui nous différencie me semble plus une question de moyen et d'approche.

"L'espoir est la plus grande entrave à la vie. En prévoyant demain, aujourd'hui se perd"

victor waknine04/10/2012 - 21:31

loin de moi l'idée de ne rien figer, d'ailleurs si nous devons en choisir qu'un d'objectif, je voterais pour la durabilité de l'entreprise, donc sa performance à long terme. L'organisation sur les besoins est aussi un fondamental, avec tous les outils intelligents nécessaires.
Non ce qui me file des boutons, c'est le côté rationaliste évident et fétichiste de l'alignement standard et les concours de beauté que vous citez comme le nirvana de la distinction.
Pour ma part la construction du lien social autour du travail et de la performance de l'entreprise me semble suffisant.
Anticiper oui mais pas trop de peur de ne plus croire qu'à ses prévisions, avoir à l'esprit que l'impromptu peut surgir, rend l'organisation auto apprenante des dangers et des aléas.
Vous aurez remarqué au passage que mes chroniques sont un fervent plaidoyer pour les DRH authentiques

Thomas Chardin04/10/2012 - 20:42

Merci pour ce commentaire cinématographique.
Cet article n’est qu’une modeste proposition de modèle, une vision cible potentielle, avec ses défauts théoriques comme celui de ne pas intégrer toutes les particularités propres à chaque DRH de chaque entreprise.
Il est vrai également qu’il ne comprend pas la complexité inhérente à notre environnement socio-économique ou même l’irrationalité éventuelle de nos comportements et de nos décisions.
Mais sous prétexte que l’incertitude est partout, il faudrait foncer tête baissée… « On verra bien ce qu’on verra »…
De nombreux jugements sont actuellement portés sur la fonction RH. Les commentaires tombent de partout. Mais sur quels critères est-elle évaluée ?
On entend dire qu’elle n’est pas assez stratégique, ou qu’elle l’est trop, mais aussi pas assez proche du terrain, qu’elle ne sait pas compter comme un DAF ou qu’elle n’accompagne pas suffisamment les managers… Au-delà de chaque conviction individuelle sur le bienfondé de son action, ne peut-on pas essayer de regarder quelles missions le DRH doit-il, devrait-il, remplir dans l’organisation d’aujourd’hui et de demain ?
Pour ce faire, il faut certainement figer quelques éléments. C’est ce que je propose. D’ailleurs, ne dit-on pas souvent, ceteris paribus sic stantibus pour poser un cadre de réflexion.

victor waknine03/10/2012 - 13:43

votre article basé sur l'alignement mécaniste des RH et le lien avec les outils miracles, me fais penser à l'échange entre Rita Hayworth et Albert Einstein:
RITA: et si nous nous faision un enfant ensemble, il aurait votre intelligence et ma beauté?
ALBERT : Imaginez que ce soit l'inverse

Voilà que l'incertitude intervient et cela n'est pas prise en compte dans le logiciel de la performance.

Les dossiers RH info
RH à l'international

24.09.2012

Tous les dossiers
Billet d'humour