ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Croissance ou développement ?

visuel_evolution_profesionnelle_8_shutterstock.jpg

 

Il est intéressant de constater que dans l’esprit de nombre de personnes, les notions de « développement de l’entreprise » et de « croissance économique » sont quasiment synonymes. Et pour cause, disent-ils, puisque nos entreprises sont des entreprises économiques ! Cette lapalissade tirée par les cheveux cache fort mal, en fait, un aveu de détournement du sens.

Croissance et performance

La croissance économique – à condition qu’elle serve la prospérité du tout, et non l’enrichissement de quelques uns – est sans doute une cause de développement, mais elle n’en est nullement une cause suffisante. Et encore faut-il savoir quoi faire de cette croissance : on peut fort bien être très riche… et ne pas se développer !

La croissance est intimement liée à la performance de l’entreprise, et la performance d’une entreprise passe par la performance individuelle et collective de ses salariés. Mais contrairement à ce que l’on dit habituellement, ce n’est pas la performance qui est une condition du développement, c’est le développement qui conditionne la performance et, partant, la croissance. Si nos entreprises avaient comme finalité un développement effectivement durable, elles finiraient par croître réellement ! Au lieu de cela, nombre d’entre-elles visent la pure croissance financière… et s’étonnent de leur stagnation. Que diront-elles lorsqu’elles constateront leur inévitable régression !

La difficulté est que la croissance financière s’impose comme un exigence de court terme, alors que le développement s’inscrit dans une logique de moyen et de long terme, puisqu’il s’inscrit dans le temps humain.

Développement et richesse sociale

Parler du développement d’une entreprise sans parler de celui de sa réalité sociale et professionnelle est un non sens patent. Les avatars de l’actualité montrent à quel point la richesse créée est fragile lorsqu’elle ne repose que sur la spéculation financière. Pire encore, on voit à quel point elle incite alors à des dissimulations et des malversations qui ruinent la notion même de développement. Le développement, en effet, repose d’abord sur un équilibre ; comme dans toute construction, il ne peut s’accomplir sans un fondement stable qui assure la sécurité et la durabilité de l’édifice. Une fois de plus, il faut rappeler que c’est l’homme qui est la finalité de l’économie, et non le contraire !

En outre, le développement implique des changements structurels qui concernent autant l’organisation d’une entreprise que sa croissance économique ; c’est un mouvement qui s’inscrit dans la durée, touche l’ensemble de la société et non sa seule réalité financière. Il implique en fait la notion de richesse sociale.

La logique du « toujours mieux »

Le développement implique ainsi une analyse adéquate des besoins et des conditions de vie des personnes humaines ; l’intégrité morale et psychologique est sur ce plan tout aussi importante que l’intégrité physique. Aussi la question de la justice joue-t-elle dans le développement un rôle déterminant : l’accroissement durable de la richesse suppose une répartition équitable de cette richesse. Cette réalité trouve son application tant au niveau de chaque entreprise qu’au niveau de la planète : de trop grandes distorsions finissent par devenir source de conflits, de guerre, d’actes destructeurs, de manipulations… qui compromettent le développement du système dans son ensemble.

Le développement, pour reprendre un propos que nous avons déjà souvent énoncé, repose sur la logique du « toujours mieux », et non pas du « toujours plus » ; le « toujours plus » s’obtient au dépends des autres, le « toujours mieux » ne saurait se concevoir sans les autres, en tous les cas sur le long terme. L’occident raisonne à court terme depuis 30 ans, dans une expansion économico-financière sans précédent ; nous sommes probablement en train d’en toucher les limites.

L’intérêt même de notre développement durable va devoir prendre en compte une réalité plus globale, quitte à ce que la croissance financière se fasse sur un rythme plus lent.

Auteur

patrick_bouvard.jpg

Rédacteur en chef de RH info

Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en...

patrick_bouvard.jpg

Patrick Bouvard

Rédacteur en chef de RH info Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en Sorbonne, il enseigne...

Du même auteur

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

Les managers sont confrontés tôt ou tard à cette question angoissante : ai-je besoin d’affirmer ou...

Par Patrick Bouvard, le 11/10/2018