ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

La diversité des idées ou vive la vie !

visuel_dossier_diversite_entreprise.jpg

 

Certaines légendes urbaines sont tellement symboliques qu’on aimerait presque qu’elles soient vraies. 

Ainsi, en 1958, le Reader’s Digest aurait publié une anecdote relatant l’espièglerie de Niels Bohr (physicien danois, prix Nobel de physique en 1922), qui, lorsqu’il était étudiant, aurait donné une réponse certes juste mais volontairement provocatrice, malicieuse et hors sujet à un énoncé de physique soumis par son professeur. Il aurait en effet proposé de calculer la hauteur d’un immeuble avec un baromètre, et ce de plusieurs façons, dont une qui consistait à aller voir le concierge dudit immeuble et de lui dire : « si vous me donnez la hauteur de cet immeuble, ce joli baromètre est à vous ! »[1]

Vraie ou imaginée, ou tout simplement « vraie parce qu'inventée » comme dirait Boris Vian, cette anecdote souligne une savoureuse irrévérence. Elle nous renvoie à la propension des organisations, qu’elles soient privées ou publiques, à laisser peu de place à ce qui sort du cadre normé et établi. Cette anecdote éclairerait aisément bien des pratiques en entreprise.

Ce dont il est ici question relève finalement de l’éternel débat entre la norme et la liberté, entre la règle et la vie, entre un principe d’économie et un principe d’adaptation. Or, dans cette optique, l’excès du premier peut conduire à scléroser une organisation au point de la mettre en péril. 

L’organisation, comprise comme un système complexe et fragile, a besoin de se transformer, d’autoréguler ses excès, d’adopter de nouveaux principes de fonctionnement pour s’adapter à des contraintes sans cesse changeantes. Il en va de sa survie. Or, en la matière la « consanguinité » est rarement un facteur de progrès. Tout système qui privilégie, consciemment ou non, la reproduction à l’identique des éléments qui le composent et des principes qui en régissent les interactions est condamné à voir sa survie questionnée à plus ou moins long terme. L’absence de confrontation à la contradiction et d’acceptation de la diversité conduit à réduire la capacité d’adaptation dudit système, à la manière d’un organisme qui n’aurait pas été exposé à un virus, ni vacciné. De la même manière qu’un organisme vivant a besoin d’exposition à la différence pour renforcer ou enrichir son patrimoine génétique, l’entreprise a besoin d’une certaine variété pour s’adapter. En la matière, l’entreprise doit considérer la différence comme une ouverture du champ des possibles et non comme une opposition doctrinaire.

Or, la conformité est devenue l’un des principes les plus structurants de nombreuses entreprises, qu’elles soient cotées et soumises à la loi Sarbanes-Oxley[2]ou non. D'abord la conformité fut une des conditions essentielles de l'organisation scientifique du travail dont nombreux processus s’inspirent encore. La conformité est ensuite une conséquence naturelle sur l’entreprise de la volonté de réduction des incertitudes en partie dictées par la finance de marché. Et enfin la conformité facilite peut-être également l'exercice d'une certaine forme de d’exercice du pouvoir.

Il ne convient pas ici de suggérer une non-conformité rebelle permanente comme principe de fonctionnement de l’entreprise mais d’introduire l’idée qu’elle ne doit pas empêcher la nécessaire diversité dont a besoin toute organisation pour progresser. 

« Tout est impondérable dans les régions spirituelles où s’aventure l’artiste, mais il y règne un ordre plus vrai que celui du contrôleur des poids et des mesures » disait Georges Rouault

Certes, il est toujours difficile de démontrer objectivement une corrélation forte entre diversité et performance, de la même manière qu’il est hasardeux d’affirmer de façon péremptoire l’existence d’une homothétie entre qualité du management des ressources humaines et performance économique. Si la relation causale entre diversité et créativité est probable, elle ne s’exprime véritablement que sous un ensemble de conditions, notamment liées au contexte (Bruna, 2011). 

Deux affirmations semblent pouvoir au demeurant être formulées :

- La première consiste à penser qu’accepter intimement la diversité au sens le plus large du terme constitue au minimum une source incitatrice au développement de la créativité (Cox & Blake, 1991). Or, cette dernière est devenue une nécessité pour les entreprises.

- La seconde consiste à voir plus loin que la vision juridico-légale courante, et au demeurant utile, comme le souligne très justement une note de réflexion sur ce thème, conduite sous la direction de Jean-François Chanlat et Stéphanie Dameron dans le cadre de la chaire Management & Diversité de Paris Dauphine: « questionner le lien entre valorisation de la diversité et performance implique, de prime abord, de dépasser une perspective purement éthico-sociale pour embrasser un prisme analytique intégrant la diversité, soit-elle d’âge, de genre, d’origine ou de condition, parmi les ressources mêmes de l’organisation » (Bruna & Chauvet, 2010).

Dans cette optique, nous développerons deux idées forces dans un prochain article :  la diversité des personnes et la liberté de parole.


Références

  • Bruna, M. G. (2011, Avril). Diversité dans l'entreprise: d'impératif éthique à levier de créativité. Revue Management & Avenir(43), pp. 203-226.
  • Bruna, M. G., & Chauvet, M. (2010, Juillet). La diversité, un levier de performance... sous condition de management. Note de réflexion. chaire Management & Diversité Paris Dauphine.
  • Cox, T. H., & Blake, S. (1991). Managing Cultural Diversity: Implications for Organizational Competitiveness. Academy of Management Executive, 5(3), pp. 45-57.

[1]Source :  https://www.snopes.com/fact-check/the-barometer-problem/

[2 ]Loi fédérale américaine imposant de nouvelles règles sur la comptabilité et la transparence financière en 2002 suite à l’affaire Enron


Ce texte est extrait de l’ouvrage « Le plaisir d’entreprendre » de Patrick Storhaye, EMS 2012

Auteur

visuel_expert_patrick-storhaye-new.jpg

Président de Flexity

Patrick Storhaye est président de la société de conseil Flexity et professeur...

visuel_expert_patrick-storhaye-new.jpg

Patrick Storhaye

Président de Flexity Patrick Storhaye est président de la société de conseil Flexity et professeur...

Du même auteur

visuel_engagement_et_reconnaissance_9_shutterstock.jpg

Apprendre la reconnaissance

visuel_engagement_et_reconnaissance_9_shutterstock.jpg

Apprendre la reconnaissance

  La reconnaissance, terme que l’on doit à Hegel en philosophie, s’inscrit dans la lignée de l’idée...

Par Patrick Storhaye, le 06/06/2018

culture_dentreprise.jpeg

Entreprendre avant de prendre

culture_dentreprise.jpeg

Entreprendre avant de prendre

  Je ne crois pas à l’opposition systématique du malaise des salariés au soi-disant cynisme de l’...

Par Patrick Storhaye, le 04/05/2018