ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Le numérique facilite l'indépendance

visuel_independant.jpg

 

Sans être chose facile à décider à la légère, devenir indépendant a gagné en simplicité. Accessible rapidement et facilement, ce statut bénéficie des apports du numérique qui simplifie la mise en relation entre professionnels et donneurs d'ordre et permet de travailler où et quand le freelance le souhaite. A condition d'exercer un métier dans lequel la demande existe !


Pendant longtemps, se mettre à son compte a relevé du parcours du combattant. Il fallait trouver le statut le mieux adapté en termes à la fois de couverture sociale, de responsabilité et de fiscalité. Il fallait se faire une clientèle. Il fallait aussi trouver un lieu pour y domicilier son activité. Certes, devenir indépendant n'est toujours pas un long fleuve tranquille. Mais depuis que les technologies numériques s'en mêlent et que le statut d'auto-entrepreneur existe – malgré ses défauts –, avoir une activité indépendante, à plein temps ou en complément d'un emploi, n'est plus aussi compliqué qu'avant.

L'INSEE estimait qu'à fin 2014, 2,7 millions de personnes exerçaient une activité non salariée dans les secteurs non agricoles en France. Ce nombre intègre les professions libérales, les auto-entrepreneurs, les artisans… Dans son récent ouvrage*, Guillaume Cairou souligne que cet effectif a peu augmenté dans la première moitié des années 2010, mais qu'il progresse de façon significative depuis. Pourquoi ? En grande partie à cause de l'apport des technologies numériques.

L'ubérisation du travail

Tout d'abord, les formalités sont infiniment plus simples aujourd'hui qu'il y a dix ou quinze ans. La création du statut d'auto-entrepreneur en 2008, rebaptisé depuis « micro-entrepreneur », a profondément simplifié les démarches et les obligations de gestion, rendant ce statut accessible à nombre de professionnels.

La multiplication des sociétés de portage et l'extension de leurs offres de services permettent à tous ceux qui ne veulent pas assumer un statut d'indépendant de facturer des prestations tout en conservant un statut de salarié. Il suffit d'une application mobile pour déclarer ses missions du mois et enclencher le processus de facturation. Certaines sociétés comme, par exemple, Le Monde Après – Openwork étendent le portage à la mise en relation entreprise – professionnel, à des formations, à la mensualisation des rémunérations, etc.

Une mise en relation facilitée

Se constituer une clientèle est également devenu plus facile grâce à Internet. Il existe de nombreuses plates-formes de mise en relation des indépendants avec des entreprises, qui recherchent des professionnels pour participer à un projet ou prendre en charge une mission. Ces dernières consultent une CVthèque, dans laquelle les profils peuvent éventuellement être notés et faire l'objet de commentaires. Elles proposent leur mission. Les indépendants disponibles y répondent, proposent une prestation et un tarif. Ils peuvent parfois être prévenus sur leur mobile lorsqu'une mission comportant les mêmes mots-clés que leur profil vient d'être postée sur la plate-forme.

Certains sites de mise en relation commencent à se spécialiser. La plate-forme Hopwork, par exemple, propose des profils dans les métiers du numérique, de l'Internet et du conseil. Le site Findeur pour sa part propose des freelances dans de nombreux métiers mais s'adresse essentiellement aux TPE et aux PME. On trouve également des plates-formes de mise en relation d'extras avec des restaurateurs, des hôteliers, des traiteurs…

Le principal apport du numérique pour ces plates-formes est l'efficacité de la mise en relation. Les indépendants n'ont plus besoin de s'inscrire dans une agence. Ils peuvent offrir leurs services directement à des milliers de donneurs d'ordre. Ils sont d'ailleurs souvent inscrits sur plusieurs plates-formes concurrentes. Les entreprises quant à elles ont accès à des viviers de compétences particulièrement riches et fournis.

L'indépendance, mais pas la solitude

Beaucoup de professionnels hésitaient à devenir indépendants car ils craignaient l'isolement. Les espaces de co-working leur permettent de concilier l'indépendance et les avantages du lieu de travail partagé. On en trouve désormais toute une gamme, de la simple location d'un bureau où poser son ordinateur dans un open space lorsqu'on est de passage en ville à la location d'un espace pour soi avec accès au bar et au restaurant, aux journaux, à des conférences et possibilité de participer à un cours de yoga ou de fitness et surtout d'échanger avec d'autres indépendants.

La star montante de ce marché, WeWork, ouvre des immeubles entiers dans les principales villes du monde. Elle a récemment ouvert à Paris son premier site capable d'accueillir 2300 personnes, elle va prochainement en ouvrir un deuxième et le troisième serait déjà en négociations…

Preuve s'il en fallait une que le statut d'indépendant a de beaux jours devant lui, mais surtout qu'il n'a plus rien à voir avec son équivalent des années 90…


* Tous indépendants, Guillaume Cairou, éditions du Cherche Midi, 137 pages, juin 2017

Auteur

sophy_caulier.jpg

Sophy Caulier est journaliste indépendante.

Elle écrit sur le numérique en général, mais aussi sur l'innovation, l'...

sophy_caulier.jpg

Sophy Caulier

Sophy Caulier est journaliste indépendante. Elle écrit sur le numérique en général, mais aussi sur...

Du même auteur