ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Le mythe de Prométhée... continu !

visuel_formation_et_developpement_8_shutterstock.jpg

 

Le travail à l’heure de l’intelligence artificielle – Le mythe de Prométhée continu.


Nous devons nous préparer à un changement radical du monde du travail. La communauté scientifique prédit qu’en 2035, le premier ordinateur plus intelligent que l’homme, sera opérationnel. Les robots ont remplacés nos bras, l’Intelligence Artificielle Forte (IAF) remplacera nos têtes. L’évolution Darwinienne a d’abord été biologique pour faire évoluer les premiers organismes vivant de la cellule à l’homo Sapiens, puis technique, pour inventer les outils et enfin technologique pour bientôt aboutir à l’IAF. Les ordinateurs dotés d’IAF vont développer une conscience comparable à la nôtre, qui va leur permettre de travailler en autonomie. Ils auront de la volonté, de l’imagination et de l’intuition. Nous allons alors arriver à une sorte de point de divergence du développement. Ray Kurzweil, le Directeur du Développement de Google appelle cet instant là une Singularité. C’est l’instant a partir duquel les machines vont pouvoir d’abord travailler à s’améliorer elles-mêmes, puis à trouver les solutions à nos principaux problèmes : l’énergie, la santé, la faim dans le monde, la pollution…Il est possible que quelques années seulement suffisent à résoudre tout cela. Notre modèle de société va être bouleversé. Il y aura une redistribution des richesses. L’énergie pas chère, non polluante, abondante et disponible partout va faire que la plupart des biens de consommation deviendront bon marchés pour tout le monde.

Il y aura deux grands facteurs de changement dans nos entreprises :

  • la plupart des métiers seront obsolètes du fait des grandes découvertes technologiques. Dans 30 ans les concepteurs de plateformes pétrolières seront aussi obsolètes que les allumeurs de réverbères aujourd’hui.
  • dans la plupart des métiers restants, l’homme sera remplacé par la machine. Les dessinateurs industriels, la plupart des ingénieurs, les comptables, ne seront pas plus utiles que des moines copistes dans une imprimerie.

Alors que faire? Faut il se lamenter? Non il faut se réjouir et il faut anticiper. Bien sur pour nous les adultes il est déjà trop tard. Il va être difficile de nous reconvertir. Il va falloir faire avec ce que l’on a… Les innovations vont rendre nos emplois inutiles ou nous remplacer par des machines. Que vont devenir les chauffeurs de taxi ou les chirurgiens dans 20 ans lorsqu’il sera interdit de conduire les automobiles, lorsqu’il sera interdit d’opérer « manuellement » ? Nous n’allons pas nous révolter, comme les Canuts en 1831 contre l’automatisation des métiers a tisser. Ce serait pathétique. Si aujourd’hui nous avons des emplois bien moins difficiles physiquement qu’auparavant, c’est grâce au progrès faits au début du XXème siècle. C’est vrai qu’avant nos métiers évoluaient au cours du temps mais ne changeaient pas radicalement du jour au lendemain. Aujourd’hui il va falloir former nos enfants à des métiers qui n’existent pas encore.

Mais faut il avoir peur de ce que nous avons crée ? C’est grâce ou à cause de l’homme que les progrès s’accélèrent et semblent même nous échapper. Le propre de l’homme n’est il pas justement de s’adapter ? Nous n’avons pas de griffes, pas de dents acérées, pas de pelage épais… Ce ne sont pas nos aptitudes physiques qui nous ont permis de survivre et d’évoluer. Non ! C’est notre intelligence. Nous sommes un animal adaptatif. Nous sommes les fils de Prométhée. Dans le mythe, au lieu de nous créer spécialisés, adaptés, Prométhée nous a créé adaptables et généralistes. Contrairement aux animaux nous en sommes arrivés à un stade où nous nous adaptons volontairement. C’est notre point fort. Grace à la technologie notre évolution est en train de faire un bon. Notre devoir est de préparer nos enfants. Notre modèle éducatif doit maintenant évoluer. On doit véritablement le baser sur l’ouverture d’esprit, la curiosité, le partage. C’en est fini des bachotages et des mémoires remplies de bagages encyclopédiques trop lourds. Qui se soucie du débit de la Loire ou du PIB du Kazakhstan ? Notre devoir en tant que parents, citoyens, professeurs, est maintenant de donner à nos jeunes l’ouverture d’esprit nécessaire pour déclencher chez eux l’envie de découvrir, d’inventer et de se développer. Le monde du travail va changer. Nous n’allons plus travailler pour l’argent mais par plaisir… Attention ! Que nos RH se préparent ! Les revendications salariales vont laisser place aux revendications d’intérêts.

 

Auteur

frederic_dumas.jpg

Docteur Ingénieur de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) en 1993.

Entré chez Schneider Electric en 1993, il a d’abord été en...

frederic_dumas.jpg

Frédéric Dumas

Docteur Ingénieur de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) en 1993. Entré chez Schneider...

Du même auteur

visuel_organisation_et_communicaiton_1_shutterstock.jpg

Le paradoxe d'Abilène

visuel_organisation_et_communicaiton_1_shutterstock.jpg

Le paradoxe d'Abilène

En ce mois d'août, rafraichissons-nous un peu la mémoire avec ce texte initialement publié le 04/02...

Par Frédéric Dumas, le 25/08/2016