ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Suivez mon regard !

suivez_mon_regard.jpg

 

Hier, lors d’une réunion à laquelle j’étais convié, je me suis livré, presque malgré moi, à un jeu étrange. Déformation professionnelle ? Cela se pourrait bien.

Tout en écoutant ce qui se disait et en intervenant lorsque j’avais quelque chose d’un tant soit peu pertinent à dire, je me suis surpris à observer les jeux de regard des participants.

C’était fort intéressant.

Tous les orateurs ne regardaient pas de la même façon leurs interlocuteurs. Certains parlaient en appuyant durablement le regard sur des cibles récurrentes ; d’autres, abordaient l’assemblée par des regards circulaires, semblant glisser sur chaque personne, alors que d’autres encore parlaient en regardant partout sauf du côté de leur auditoire ! Ceux qui écoutaient aussi se distinguaient par la singularité de leur regard. D’aucuns regardaient celui qui parlait, d’autres, totalement ailleurs –ce qui ne les empêchait peut-être pas d’écouter. On regardait son portable, on regardait vers la fenêtre, vers le sol, vers le plafond…

Vous êtes sans doute déjà en train de penser que cette réunion devait être bien soporifique pour que tous ces regards (y compris le mien !) soient aussi volatiles, comme si rien ni personne ne réussissait à les mobiliser durablement.

Un regard, c’est banal…

Mais peut-être qu’il n’y avait rien d’anormal à cela. Peut-être que tout cela était somme toute bien ordinaire. Tellement ordinaire que chacun de nous semble ne plus y faire attention.

Le regard est une évidence. Un acte mécanique, automatique.

Et pourtant, il est omniprésent, essentiel, universel.

Le monde de l’entreprise n’y échappe pas, si on se réfère au large champ lexical s’y rapportant. On parle couramment de la nécessité de partager sa « vision ». Tous les chefs d’entreprise et tous les managers, à un moment donné, ont cette attente, cette préoccupation. « Tu peux jeter un œil à ce document ? », « on ne voit pas les choses de la même façon… » J’aimerai bien avoir ton regard sur… ». Au quotidien, sans même s’en rendre compte, tout semble passer par le regard.

Apprend-on à regarder ? Pas vraiment. C’est un des premiers sens que nous utilisons, même s’il est perfectible, dans les premières minutes qui suivent notre naissance.

Mais aiguise-t-on ce regard par la suite ? Apprend-on à mieux regarder et même tout simplement à regarder les autres ? Rien n’est moins sûr. Outil puissant de communication incontestable, le regard, trop évident, trop basique, trop quotidien est sous utilisé.

Je suis toujours frappé par le nombre de personnes que je coache sur des problématiques de communication interpersonnelle et qui ont un regard fuyant, absent, qui regardent sans regarder.

Regarder l’Autre constitue pour beaucoup une véritable difficulté. Nombreux sont ceux qui ont besoin (c’est ce qu’ils disent !) de détourner leur regard de celui des autres lorsqu’ils cherchent un mot, une idée au fil de leur discours. Je les taquine gentiment, en leur demandant si le mot manquant est accroché au plafond, disséminé dans les fibres de la moquette ou si un prompteur impromptu aurait été fixé sur les murs de l’immeuble d’en face tant leur regard semblait se perdre au-delà de la fenêtre…

Remarquez bien comment procèdent vos prochains interlocuteurs, en face à face ou dans une assemblée. Vous regardent-ils vraiment quand ils vous parlent ?

On le sait, le poids de la culture et de l’éducation est probablement la cause de cette sous-exploitation du regard. Spontanément, l’enfant a tendance à fixer autrui, et spontanément l’adulte le corrige en lui intimant de « baisser les yeux ». Regarder avec attention devient alors un signe d’impolitesse. Presque un affront. C’est le cas d’ailleurs dans certaines cultures. Mais paradoxalement, on reprochera au même enfant de ne pas regarder ! « Tu me regardes quand je te parle ? ». Ne pas regarder aussi constitue un affront.

La vie est injuste

Car regarder c’est incontestablement prendre en considération l’autre. « Il ne m’a même pas regardé ! ». On existe par le regard de l’autre.  D’ailleurs, combien de temps vous regardez-vous chaque jour ? Si on compte le matin dans la salle de bain, une brève vérification avant de sortir de chez soi, quelques reflets sur la vitre d’une boutique, ou quelques images furtives dans le rétroviseur de son véhicule… En comptant large, vous ne devriez même pas atteindre une heure (j’exclus de cette interpellation mes éventuels lecteurs narcissiques qui ne se reconnaitront pas dans ces lignes). Et les autres ? Collègues, managers, collaborateurs, clients ? Ce sont eux qui passent leurs journées à vous regarder. Injustice de la vie. On passe son temps à regarder les autres. Eux seuls savent comment nous bougeons, quelles sont les expressions de notre visage, quels mouvements font nos lèvres lorsque nous articulons…

C’est peut-être pour cela qu’ils sont sensibles au regard qu’on porte sur eux. C’est donnant donnant. Gagnant gagnant.

Après… Tout est une question de dosage. Un regard insistant et c’est le trouble assuré. Les expériences se sont succédées depuis des décennies démontrant qu’au-delà de 3 secondes de regards sans paroles entre 2 individus un trouble commence déjà à s’installer. Un regard fuyant ? Et ce n’est guère mieux. S’ensuit rapidement le sentiment de ne pas être respecté, de ne pas compter pour celui qui nous parle, voire d’être exclu si le regard ne nous implique  à aucun moment…

On sous-estime cet outil de communication et pourtant chacun sait tout ce qui peut passer à travers un regard… Un regard complaisant, un regard accusateur, assassin, compatissant, complice… On pourrait démultiplier très largement la gamme des qualificatifs indiquant à quel point le regard peut être porteur de sens et de messages et livrer par son expression sa propre… vision !

Lorsqu’on parle de regard, on l’associe souvent au registre de la séduction ou alors on entre de plein fouet dans le monde publicitaire… Vous savez l’eyeliner intelligent qui sublime le regard ?

Tandis que l’eyeliner a tout compris (normal, il est intelligent !), nous autres professionnels nous sommes encore des débutants dans l’usage de notre regard. A longueur de journées, lors de certains séminaires, ma voix fait résonner ce leitmotiv « prenez le temps de regarder vos interlocuteurs ! » 1) ils vont le rendront ! 2) ils apprécieront 3) en les regardant, mais en les regardant vraiment, vous serez attentifs à de nombreux signaux émis qui vous aideront à ajuster votre communication.

Dans un échange de regard, il y a la volonté de communiquer, de partager, de se respecter mutuellement.

Pourquoi trinque-t-on en se regardant dans les yeux ? Pour être sûr que l’autre n’ait pas mis du poison dans notre verre, bien sûr ! Bon, je vous l’accorde, aujourd’hui les cas sont assez rares et pourtant cette tradition perdure depuis le Moyen Âge où la pratique était alors courante. Le seul moyen de s’assurer que l’autre n’était pas un fourbe cherchant à nous éliminer était bien de trinquer en heurtant fortement les verres afin que les breuvages se mélangent. Il n’y avait plus qu’à guetter dans le regard de l’autre le moindre trouble qui pourrait trahir sa vilénie.

Aie confiance, crois en moi

Se regarder est donc un acte de confiance mutuelle.

Comme les animaux, on s’apprivoise par le regard, on évalue, on décrypte, on sonde… Le regard précède dans bien des cas la parole.

Mais tout comme la peur ancestrale du vide et du silence, on évite de regarder les autres sans parler.

Lorsqu’il m’arrive de demander à un participant, en formation, de rester face au groupe sans parler, l’exercice se transforme vite en supplice. Il n’a qu’une envie, avoir un feu vert qui le libérerait du regard inquisiteur de l’assemblée qu’il tentera de détourner par une logorrhée de mots.

Je le proclame souvent, comme une boutade : « c’est vrai, prendre la parole en public, ce n’est pas facile. Mais il y a encore pire… Ne pas prendre la parole… en public !

J’espère que vous porterez un regard bienveillant sur ces quelques lignes. Je lève mon verre et vous dis « à la vôtre », mais attention… je vous ai à l’œil !

Auteur

frederic_levy.jpg

Coach en communication relationnelle/ Formateur en prise de parole, gestion du stress, prévention des Risques Psycho-sociaux et...

frederic_levy.jpg

Frédéric Levy

Coach en communication relationnelle/ Formateur en prise de parole, gestion du stress, prévention...

Du même auteur

visuel-reconnaissance.jpg

On se fait la bise ?

visuel-reconnaissance.jpg

On se fait la bise ?

  La vie de l'entreprise, depuis toujours, est régie par des rituels, officiellement codifiés ou...

Par Frédéric Levy, le 23/06/2017

visuel_assertivite.jpg

L'assertivité, c'est quoi ?

visuel_assertivite.jpg

L'assertivité, c'est quoi ?

  Soyez assertive ! Soyez assertif ! Moi, je veux bien ! Mais ça veut dire quoi ? Depuis quelques...

Par Frédéric Levy, le 13/03/2017