ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Michel et Augustin : recette… d’un climat émotionnel positif (5/5)

visuel_article_michel_augustin.jpg

Suite et fin de notre étude sur le climat émotionnel au niveau organisationnel avec les deux derniers ingrédients : le storytelling et la cohérence avec les valeurs.

Au travers de cette étude, vous avons vu qu’il existe de multiples leviers qui permettent d’optimiser le climat émotionnel d’une entreprise. Il est frappant de voir comment, par exemple, le fait de recruter des individus dynamogènes (partie 1/5) permet d’augmenter l’énergie de l’entité dans laquelle on les intègre. Egalement, comment le fait de cultiver l’esprit « Out of the box » va alimenter le désir d’innovation et l’estime des collaborateurs (1/5). 

Et puis, il y a ce sentiment d’appartenance tellement important qu’il est possible de développer en insufflant l’esprit tribal (partie 2/5). Nous avons aussi pu nous rendre compte du rôle clé que joue l’environnement dans la constitution d’un climat émotionnel positif, ce qui sous-entend de savoir créer un écosystème favorable (2/5)

L’intrapreneuriat tient également toute sa place tant il conditionne les individus pour qu’ils développent l’état d’esprit propice à la compétitivité (partie 3/5). Bien entendu, cela va de pair avec le fait de rehausser le niveau d’exigence (3/5). Ainsi combinés, cela permet aux talents de fonctionner à plein régime. 

Nous avons également vu qu’inspirer les individus (partie 4/5) va créer un système de valeurs et de modèles propre à générer des émotions positives. Tout ceci en cohérence avec la stratégie payante de positionner l’Humain au cœur du business (4/5)

Autre ingrédient de cette recette, le storytelling ! Il est à l’honneur dans les lignes qui suivent car il permet de s’adresser directement au cerveau émotionnel des individus que ceux-ci soient clients ou collaborateurs de l’entreprise. Enfin, comment ne pas parler des valeurs qui se propagent dans l’organisation ainsi que de l’importance capitale de les maintenir en cohérence.

#9 - Storytelliser le business

Qu’est-ce que bâtir une entreprise sinon écrire une histoire ? 

L’entrepreneur le sait pertinemment : avant de créer une marque, un produit ou un service, c’est bien d’une aventure personnelle et collective dont il s’agit. Qu’elle que soit la taille du business - grand groupe, strart-up, PME - tout débute par la volonté de quelques-uns d’écrire une page de l’histoire Humaine.

Apple, avant d’être la marque High-Tech que l’on connait aujourd’hui, fut d’abord le fruit de l’imagination d’un visionnaire qui voulait inventer des produits situés « au confluent de l’art et de la technologie ». 

Ben & Jerry, Louis Vuitton et même le Slip Français constituent des exemples d’entreprises qui ont su créer, conserver et diffuser leur histoire. Pour autant, ce n’est pas une mince affaire que de maintenir celle-ci vivace.

En effet, si les naissances de business sont presque toujours empreintes de cette aura, il se révèle beaucoup plus délicat de la préserver sur le long terme. Et c’est là ce qui fait cruellement défaut à nombres d’entreprises : en oubliant leur histoire, elles en viennent à perdre leur identité. Cela est d’autant plus problématique qu’elles se coupent d’un ingrédient clé dans la culture d’un climat émotionnel positif. 

Car oui, l’art de raconter une histoire et que l’on nomme communément « storytelling » se révèle être un formidable levier. 

Pourquoi ? Tout simplement parce que le storytelling s’adresse à l’imaginaire et génère plus d’émotions. Notre cerveau est paramétré pour tirer un maximum d’enseignements des expériences vécues par nos semblables. D’où la force des contes, des fables, de la littérature et des films. Mais aussi des anecdotes, des clips et même des histoires drôles ! 

La seule façon pour nous d’alimenter notre base d’expériences de la manière la plus productive qui soit est de tirer partie des expériences de vie des autres individus. L’évolution nous a donc doté de la faculté de vivre, au travers de notre imaginaire, les situations vécues par nos pairs. Cette belle mécanique s’active lorsque nous sommes face à une histoire et met prioritairement à contribution notre cerveau limbique, ce dernier étant alloué à l’émotionnel. 

Veiller à entretenir, optimiser et diffuser l’histoire d’une entreprise permet de créer du sens ainsi qu’une culture, une vision et un univers commun. Cela permet de synchroniser l’imaginaire des Hommes et des Femmes qui composent l’entité. Et par la même de synchroniser leurs émotions !

Parce que l’histoire est éminemment contagieuse et qu’elle ne s’arrête pas aux frontières de l’entreprise, elle constitue un formidable moyen d’évangéliser les clients. Grace au storytelling, tout le monde peut donc adhérer à des valeurs communes et rallier à son tour d’autres individus par le simple fait de diffuser la bonne parole. La culture d’entreprise devient alors une sorte de « religion », un ensemble de croyances possédant une base « historique » partagé par tout un chacun. 

C’est donc la qualité de l’histoire que véhicule une entreprise ainsi que de sa propension à diffuser celle-ci quotidiennement au travers toutes les strates – Top Management, employés et clients – qui détermine l’efficience de l’ingrédient storytelling, paramètre clé pour créer un climat émotionnel positif intra-entreprise et pour renforcer le côté unique et enchantant de l’expérience client. 

Témoignages de Trublions :

Charlotte, responsable des relations clients, partenariats et réseaux sociaux : « J’ai l’impression de faire partie d’une aventure différente.  Cela stimule la créativité, on se demande comment nous allons pouvoir créer de la magie ! »

« Nous créons tout ceci pour raconter une aventure au quotidien » 

« Je remarque qu’il y a beaucoup de curiosité de la part de mon entourage, on me pose beaucoup de questions, mes parents sont heureux que je puisse vivre de telles expériences »

Florian, chef de secteur : « Ce qui me motive c’est de vivre une expérience unique »

Michel, cofondateur : « J’aime les histoires d’entreprise : les aventures Ben & Jerry, fresh samantha, Method et Zappos m’inspirent beaucoup ! »

#10 - Être cohérent avec ses valeurs

Les valeurs d’une entreprise constituent pour une grande partie l’ADN de celle-ci. La transparence, le bien-être et la sympathie sont, par exemple, des valeurs positives qui alimentent favorablement le climat émotionnel de l’organisation. En revanche, l’opacité, le culte de l’argent roi ainsi que l’autoritarisme peuvent apparaître comme des valeurs moins nobles, susceptibles de générer un climat social de moindre qualité.  

Peut être considéré comme écosystème de valeurs l’ensemble des croyances, objectifs et visions que partagent le Management ainsi que la majorité des employés d’une entreprise et qui a pour conséquence de créer une culture commune qui plus est extrêmement contagieuse. 

Pour autant, suffit-il d’afficher « transparence, bien-être et sympathie » pour générer un climat d’entreprise empreint de ces valeurs ? L’affaire est en réalité plus complexe… 

Avant de se matérialiser dans une organisation, une valeur à besoin d’être inoculée. Ce process vise à identifier quelle notion sera hissée au rang suprême puis à instiller celle-ci dans l’esprit de tout un chacun. Mais cela ne suffit pas. Il convient ensuite de cultiver le « terreau favorable », c'est-à-dire d’encourager un ensemble de comportements et de manières de penser propre à favoriser l’éclosion de la valeur choisie. Promulguer que le bien-être est désormais une valeur ne suffit pas, encore faut-il que le Management s’affranchisse des schémas anxiogènes, que les RPS soient régulés et que, par exemple, soit encouragé les pratiques sportives et de détente. 

Aucune valeur n’éclot si le sol n’est pas fertilisé en amont. 

Il est donc crucial, pour toute organisation qui souhaite faire évoluer sa culture d’entreprise, de veiller à ce que ses collaborateurs puissent s’approprier les valeurs prônées. Il faut que celles-ci puissent se vivre et s’expérimenter au quotidien. Qu’elles puissent prendre corps, qu’elles s’expriment sans entrave et qu’elles soient rendues accessibles aux collaborateurs afin que ceux-ci les appréhendent naturellement.

C’est donc d’abord sur le terrain, avant de tomber du ciel, que se vivent les valeurs. Partant de là, il est évident que la moindre incohérence entre celles-ci et les situations concrètes rencontrées quotidiennement est de nature à semer la confusion. C’est le cas par exemple, lorsqu’une entreprise érige le développement durable à un rang ultime alors même qu’en coulisse, les services de reprographie semblent fonctionner selon des process totalement contraires aux intérêts environnementaux… 

En fonction de sa gravité, cet écart entre valeurs et pratiques quotidiennes peut miner le climat émotionnel d’une entreprise. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’être Humain, lorsqu’il détecte cette forme d’incohérence, a tendance à ressentir de la méfiance. Un sentiment énergivore qui se trouve à l’opposé de la confiance et qui possède la fâcheuse habitude d’altérer cette dernière.  

Mieux vaut donc assumer deux ou trois valeurs en veillant à cultiver un terreau favorable à celles-ci que d’en afficher cinq, huit, voire dix en fermant les yeux sur ce qui constitue leur véritable terrain d’expression : l’expérience que font les employés de leur entreprise et la façon dont ils la vivent quotidiennement au travers de leur participation au projet global. C’est de là que naît le sentiment de confiance, pilier d’un climat émotionnel positif au sein duquel peuvent s’exprimer pleinement les talents

« Nous préférons que les employés vivent nos valeurs, qu’ils les ressentent au quotidien, plutôt que de les afficher. Nous n’aurons  jamais de gros panneau estampillé « valeurs »  - Aurélie, responsable RH.

Recruter des individus dynamogènes et cultiver l’esprit « Out of the box ». Insuffler l’esprit tribal tout en créant un écosystème favorable. Encourager l’intrapreneuriat en prenant soin de rehausser le niveau d’exigence. Inspirer les individus et positionner l’Humain au cœur du business. Storytelling l’aventure Humaine qui porte l’organisation et maintenir la cohérence dans les valeurs. Autant de leviers qui permettent d’instaurer un climat émotionnel positif propice à la performance, à la réduction des RPS et à la fidélisation des Talents. De nombreux bénéfices directs propres à augmenter significativement les résultats de l’entreprise avec au final, un retour sur investissement clair et quantifiable. En effet, favoriser un climat émotionnel positif, c’est aussi valoriser l’image de la marque vis-à vis des clients. Par contagion affective, cela rend les produit et services plus sympathiques, plus fun et donc plus désirables. Auprès des candidats et du vivier de collaborateurs potentiels, optimiser ce climat émotionnel permet de valoriser fortement la marque employeur.  

Un grand merci à l’entreprise Michel et Augustin ainsi qu’à ses sympathiques Trublions pour nous avoir ouvert les portes de leur Bananeraie et ainsi permis de mener à bien ce décryptage. Joël et Sean Luzi.

1 Conférenciers. Auteurs de l’ouvrage « mobilisez vos ressources émotionnelles pour la réussite » à paraître aux éditions Dunod.intelligence-emotionnelle.fr

Auteur

visuel_joel-sean-luzi.jpg
visuel_joel-sean-luzi.jpg

Luzi Joël & Sean

Du même auteur