ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Capital Santé

visuel_management_et_condition_travail_14_adp.jpg

Le capital santé des collaborateurs : un enjeu stratégique pour les DRH

En cette période de temps troublés,  il n'est pas superflu de s'intéresser à la question de la santé   des personnes dans l'entreprise tant il est important de préserver un capital dont l'importance s'accroît avec le vieillissement progressif des effectifs dans nos entreprises. Même si cette question a connu un fort regain d'intérêt depuis près d'une dizaine d'années avec la prise en compte de plus en plus sérieuse des risques psychosociaux et des principaux facteurs de stress souvent lié à l'explosion des outils modernes de communication, l'entreprise n’a découvert que récemment  la dimension cruciale du capital constitué par la qualité de la santé des collaborateurs au-delà des démarches traditionnelles de prévention[1]. Sur le plan individuel, on peut observer le succès phénoménal d’un livre sur la responsabilisation personnelle vis-à-vis  de sa santé comme celui du Dr Saldmann[2] qui,  avec plus de 500.000 exemplaires vendus,  a constitué l’un des plus gros succès en librairie en 2013. Comment ne pas voir dans la concomitance de ces deux phénomènes une prise de conscience tant de la part des entreprises que  des individus du fait que des efforts sérieux doivent être menés au plan collectif et individuel pour préserver ce précieux capital qu’est la santé et ceci dans un contexte où l'âge de départ à la retraite sera sans doute encore repoussé dans les pays Européens. Les DRH ne sont pas en reste car ils ont été bien souvent moteurs dans cette prise de conscience au niveau collectif et individuel mais il est utile de revenir ici sur les raisons qui expliquent ce regain d’intérêt pour la santé des individus dans l’entreprise, deux leviers à la disposition des DRH pour préserver ce précieux capital et les risques liés aux actions menées.

Pourquoi un regain d’intérêt pour la  question de la santé des collaborateurs ?

La première raison qui explique cette attention  nouvelle portée par les entreprises,  et les DRH en particulier, à la question de la santé tient au phénomène démographique signalé plus haut à savoir le vieillissement progressif des effectifs dans un grand nombre d’entreprises en dépit des politiques qui ont conduit la France à être l’un des pays où le taux d’emploi des seniors est le plus faible. Les mesures prises ces dernières années en faveur de l’emploi des seniors ne peuvent qu’inciter les DRH à en anticiper les conséquences sur le plan de la santé.

La seconde raison est d’ordre sociétal avec l’importance prise par la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) dans les politiques des entreprises qui doivent montrer dans des réalités concrètes les engagements souvent pris par les dirigeants. Dans cette perspective, les actions menées en faveur de la préservation du capital santé des collaborateurs sont parmi les plus visibles qui peuvent sensiblement renforcer la réputation d’une entreprise où il fait « bon de vivre ».

La troisième raison est plus économique dans la mesure où de nombreuses études ont montré un lien entre la santé des collaborateurs et la performance de l’entreprise à commencer par  celles qui examinent l’impact de l’absentéisme et du turnover depuis les travaux sur les coûts cachés menés depuis plus de trente ans par l’équipe de l’Iseor à Lyon sous la direction du Professeur Henri Savall. Le lien entre le capital santé et la performance est de plus en plus mis en avant pour justifier la mise en œuvre par les entreprises d’actions préventives  destinées à le préserver comme le souligne, depuis quelques années,  l’un des grands acteurs du secteur de la prévention dans son baromètre annuel[3] sur la santé et le bien-être.

Deux leviers à la disposition des DRH pour préserver le capital santé

Au-delà des leviers traditionnels que sont toutes les actions menées pour éliminer les risques d’accidents du travail et les situations de plus en plus préoccupantes de stress professionnel, les DRH peuvent utiliser d’autres leviers moins classiques sur deux registres principaux : celui de la nutrition et celui de l’activité physique.

Sur le plan de la nutrition, tout commence par une politique volontariste d’information des collaborateurs pour les sensibiliser sur le thème « la santé est dans votre assiette ». Mais cette information doit  être pédagogique sans verser dans la culpabilisation. Les DRH seront ensuite sans doute amenés, pour traduire dans les faits le message sur l’importance de la nutrition, à remettre en cause les pratiques de restauration de leur entreprise pour initier un changement des habitudes alimentaires non seulement des collaborateurs mais aussi de leur famille. Le Ministère de la Santé en a d’ailleurs fait un de ses principaux axes de communication en 2013[4] à destination des entreprises et des administrations.

Sur le plan de l’activité physique, on observe une mobilisation beaucoup plus importante des entreprises autour de ce thème par leur choix volontaire d’investir dans le développement d’installations sportives dans leurs principaux sites pour permettre aux collaborateurs de pratiquer les fameuses 30 minutes minimum,  recommandées par le Docteur Saldmann dans son livre[5], d’activité sportive journalière. Mais c’est aussi sur le plan symbolique que peuvent jouer les DRH pour inciter les collaborateurs à « bouger plus » en organisant, par exemple, des « challenges » au cours desquels sont récompensés ceux ou celles qui ont obtenu les scores les plus élevés dans un sport pratiqué. Une aide est aujourd’hui apportée par les outils numériques connectés qui mesurent l’activité physique (par exemple, le nombre de pas journaliers dont on sait que le nombre minimum est de 10.000 pas par jour). Enfin, une initiative telle que celle du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) avec la semaine « Sentez-Vous Sport »[6] , organisée depuis 2010, ne peut qu’inciter les entreprises et les DRH en particulier à promouvoir le sport pour tous au sein de l’entreprise.

Les risques associés aux actions menées par l’entreprise pour préserver le capital santé

Mener des actions en faveur de la préservation du capital santé des collaborateurs n’est pas sans risques pour l’entreprise, risques dont les DRH doivent être conscients avant d’engager certaines actions.

Le premier risque est celui de l’invasion de l’entreprise dans la sphère privée des collaborateurs en voulant bien faire : les inciter à mieux manger ou à plus pratiquer une activité physique peut  être perçue par certains comme une intrusion inacceptable de l’entreprise dans des règles de vie qui relèvent,  selon eux, strictement de choix personnels.

Le deuxième risque est celui de l’exclusion de fait d’une partie des collaborateurs des actions menées en faveur de la préservation du capital santé. Les DRH doivent en effet être conscients du fait que les incitations, quelle que soit la qualité de la communication, pour améliorer la nutrition  ou développer l’activité physique ne toucheront  dans la pratique qu’une partie des collaborateurs. Le défi sera alors d’éviter le syndrome de la « fracture  santé » entre ceux qui mettent en pratique les conseils prodigués et les autres.

Le troisième risque est un corollaire du précédent : la culpabilisation des collaborateurs qui ne suivent pas le mouvement. Les actions menées en faveur de la santé dans l’entreprise peuvent amener certains individus à avoir le sentiment de n’être pas capables de changer leurs comportements alimentaires et/ou d’activité physique et, par voie de son conséquence, de culpabiliser. Les DRH devront veiller à ce que les actions en faveur de la santé n’atteignent pas un résultat inverse de ce qui est attendu pour éviter la stigmatisation de ces collaborateurs fragiles.

Une approche nécessairement plus globale de la question de la santé

Pour conclure, on peut souligner que cette question de la préservation du capital santé des collaborateurs est devenue un enjeu stratégique pour les DRH qui doivent  s’efforcer de convaincre le corps social de leur entreprise qu’il s’agit, avant tout,  d’une démarche de responsabilisation individuelle et collective. Il n’en demeure pas moins qu’il semble nécessaire pour les DRH d’appréhender cette question de la santé de  façon plus globale en intégrant  d’autres sujets importants comme ceux  de l’organisation du travail et des modes de management qui ne sont pas sans conséquences sur la santé individuelle et collective. C’est sans doute ici une occasion de plus pour la Fonction RH de renforcer sa légitimité et d’agir en « activiste crédible »[7] dans des Comex plus préoccupés par des questions de court terme telles que le sempiternel retour pour l’actionnaire.


NDLR : Ce texte, reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’auteur, a déjà été publié par la revue Personnel : http://www.andrh.fr/services/la-revue-personnel.

[1] Le Galès, Y. : « les entreprises plus actives pour la santé des salariés », Le Figaro, 26 mai 2014

[2] Saldmann, F  (Dr.) : Le premier médicament, c’est vous, Albin Michel, 2013

[3] Malakoff-Médéric : 5ème baromètre annuel santé et bien-être au travail, avril 2014

[4] Ministère de la santé : Améliorer la santé des salariés par l’alimentation et l’activité physique, guide à l’usage des responsables d’entreprises, d’administration et des représentants du personnel , janvier 2013

[5] Saldmann, F. , op.cit.

[6]  http://sentezvoussport.fr/accueil.php

[7] Ulrich, D., Younger, J.,Brockbank, W. & Ulrich, M. (2012) : HR from the outside in, six  competencies for the future of Human  Resources, McGraw Hill.

Auteur

visuel_expert_chbdh-new.jpg

Professeur émérite à HEC Paris et Président de l’AGRH

Charles Henri Besseyre des Horts est professeur émérite au département Management...

visuel_expert_chbdh-new.jpg

Charles Henri Besseyre des...

Professeur émérite à HEC Paris et Président de l’AGRH Charles Henri Besseyre des Horts est...

Du même auteur

visuel_collaboration.jpg

Hackathons au service des DRH

visuel_collaboration.jpg

Hackathons au service des DRH

  Le collaboratif comme  nouvel ADN du fonctionnement de l’entreprise La révolution digitale a été...

Par Charles Henri Besseyre des Horts, le 07/02/2018

visuel_big_data.jpg

Les "Data" et les DRH

visuel_big_data.jpg

Les "Data" et les DRH

  Le recours aux "Data"  par les DRH : espoirs et limites d'une approche prometteuse La récente...

Par Charles Henri Besseyre des Horts, le 18/09/2017