ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Émotions, pièges à... sons

visuel_communication.jpg

 

L’émotion, pour le meilleur mais surtout le pire, donne aujourd’hui le La du vacarme médiatique. Tout bruit, toute parole émise, semblent être frappés de son sceau. Un  piège à sons en somme… Dans La magie du discours - Précis de rhétorique télévisuelle, Jean-Marie Cotteret démontre que les techniques de la rhétorique classique, théorisées par Aristote, ont gardé toute leur validité dans le discours médiatique. Qu’écrivait-il ? Que la rhétorique grecque, celle qui avait cours sur l’agora d’Athènes, est toujours la base du discours médiatique contemporain – télévisuel en particulier –, mais a dû se plier à de nouvelles figures imposées. « Avec Aristote, écrivait-il, le vocabulaire est illimité, la fécondité de l’expression infinie ; avec la télévision, le vocabulaire est restreint. Avec Aristote, les figures de style embellissent le discours, renforcent les idées ; avec la télévision, elles ne renforcent que les émotions. Avec Aristote, le contenu du discours a plus d’importance que celui qui parle ; avec la télévision, celui qui parle l’emporte sur le contenu du discours. » Réduire et séduire sont ainsi les deux mots clés de cette rhétorique. Plaire au plus grand nombre, voilà l’impératif. L’homme médiatique, sommé de persuader – par une rhétorique de séduction – plus que de convaincre (on ne lui en laisse guère le temps), est donc condamné à s’inféoder aux lois du spectacle. Comment alors faire passer un discours qui soit celui de la nuance, de la complexité, de l’intelligence, rompant avec le simplisme auquel en est réduit, en particulier, le débat politique ? La prime aux grandes gueules, en quelque sorte, à ceux qui, arrimés à une idéologie comme une huître à son rocher, se donnent l’illusion de penser tandis qu’ils sont pensés par elle... L’émotion prime sur la raison. Et ne parlons pas du Web et des réseaux sociaux, l’émotion y règne, favorisant les réactions épidermiques allant jusqu’à l’injure, l’anathème. La colère, la peur, ne sont-elles pas des émotions premières ? Les donneurs d’ordre du terrorisme mondialisé l’ont d’ailleurs bien compris qui jouent sur ce consternant, mais efficace, registre. Est-ce en pure perte que le psychanalyste Wilhelm Reich parla, un jour, dans son analyse de la propagande fasciste, de « peste émotionnelle »  ?

Si le pouvoir de séduction en passe par un discours réduit aux acquêts de nouveaux formats, les aspects « non verbaux » y jouent évidemment un grand rôle. Le sourire, la voix, le regard, la gestuelle, autant d’éléments qui pèsent sur la réception du discours, mais tendent aussi à l’enfermer dans le stéréotype, voire la caricature. Quel registre est-il le plus convaincant ? Celui de la rationalité, pétrie de (bon) sens et de culture exigeante ou celui de l’émotion ? Les Grecs, tout en jouant sur les deux tableaux, faisaient déjà la part du pathos asiatique et du logos attique. Or, sans abolir totalement la raison, la télévision, entre autres, a permis une montée en puissance de l’émotion (de l’émotionnel diraient nos psys cathodiques patentés), permettant à l’image de prendre le pas sur la parole, au bruit émis « à chaud » de l’emporter sur l’écrit raisonné. Cela se paie d’un appauvrissement du discours réduit au minimum vital, peu à la hauteur de sa fonction de ciment social. Alors, oui, nous sommes d’accord, l’émotion est une des plus belles conquêtes de l’Homme avec le cheval…, mais quand elle assoit la dictature de l’immédiateté sans recul, du prurit sans analyse, de la bêtise aveugle, alors l’Histoire se venge. Car, elle le sait bien, l’Histoire, que l’on ne construit pas sur du sable, que nos bien fragiles sociétés démocratiques se sont lentement bâties sur un socle aujourd’hui fissuré : la raison.

Auteur

photo_tudoret_2017.jpg

Patrick Tudoret est écrivain, consultant auprès d’institutions internationales, comme la Commission européenne, et coach de dirigeants. Il est l'...

photo_tudoret_2017.jpg

Patrick Tudoret

Patrick Tudoret est écrivain, consultant auprès d’institutions internationales, comme la Commission...

Du même auteur

visuel_cooptation_fun.jpg

Dérisoire dérision

visuel_cooptation_fun.jpg

Dérisoire dérision

  Tocqueville, Cassandre assumé de nos défaites, l’a annoncé, il y a longtemps : l’aplatissement...

Par Patrick Tudoret, le 28/12/2016

visuel_gestion_des_talents_et_potentiels.jpg

Bornes in the USA…

visuel_gestion_des_talents_et_potentiels.jpg

Bornes in the USA…

  Impressions de voyage... A Philadelphie, La première chose qui vous tombe dessus, comme une...

Par Patrick Tudoret, le 26/10/2016

visuel_approche_globale_de_lentreprise_10_shtturstock.jpg

Parabole

visuel_approche_globale_de_lentreprise_10_shtturstock.jpg

Parabole

  Séjournant récemment du côté de Naples, j’ai pu y découvrir entre autres chefs d’œuvre, dans une...

Par Patrick Tudoret, le 23/12/2015

visuel_theme_approche_globale_de_lentreprise_11_shtturstock.jpg

Poésie de l'entretemps

visuel_theme_approche_globale_de_lentreprise_11_shtturstock.jpg

Poésie de l'entretemps

On sait de toute éternité, que Chronos – avatar tardif de Cronos, le Saturne des Romains, dévoreur...

Par Patrick Tudoret, le 29/07/2015