ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Le CPF, un voyage initiatique

voyage_initiatique.jpg

Ce que prévoit la loi

Le compte personnel de formation (CPF) a pour vocation  de faciliter, tout au long de sa vie professionnelle, l’évolution du salarié au travers un dispositif d’acquisition de droit à la formation. Il est entré en vigueur 1er janvier 2015. Il permet aux salariés une prise en charge de tout ou partie des dépenses occasionnées dans le cadre de formations. Le compte est accessible par un service dématérialisé dédié: www.moncompteformation.gouv.fr.

Les formations éligibles au CPF sont listées par les partenaires sociaux au niveau national et régional. Elles ont été sélectionnées pour que le salarié acquière des compétences reconnues pour développer l’employabilité en fonction des besoins de l’économie à court ou moyen terme. Ces formations permettent d’accéder à un diplôme, un titre professionnel, une certification, un certificat de qualification professionnelle (CQP), etc.

Le CPF est alimenté de 24 heures par année de travail à temps complet jusqu’à un palier de 120 heures maximum sur 5 ans. Le CPF est ensuite alimenté de 12 heures par année de travail supplémentaires jusqu’à l’atteinte d’un plafond de 150 heures sur 8 ans. Les heures cumulées dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF) ont été transférés par le salarié sur la base de la communication faite par son employeur au début de l’année 2015.

Une fois que le salarié a saisi dans le portail moncompteformation ses heures DIF, il peut solliciter ses droits à la formation au titre du CPF. C’est à lui de prendre l’initiative et de construire son projet de formation.

La première étape : Discernement et collection des informations clés

  • Réaliser son autodiagnostic de compétences
  • Identifier les axes de développement porteurs d’avenir
  • Recenser les formations correspondantes

La seconde étape : Rechercher l’offre de formation adéquate

  • Solliciter l’employeur pour obtenir liste d’organismes de formation
  • Interroger l’OPCA
  • Prospecter les organismes accrédités au titre du CPF
  • Obtenir les devis des organismes de formation

La troisième partie : obtenir l’accord de l’OPCA pour le financement

  • Accéder au portail  moncompteformation
  • Enregistrer la demande de formation
  • Proposer l’organisme de formation retenu par le salarié
  • Réception de la réponse de l’OPCA
  • Inscription à la formation

Si la formation est suivie pendant le temps de travail, le salarié doit recueillir l’accord préalable de l’employeur. L’employeur doit notifier sa réponse dans un délai de 30 jours. L’absence de réponse de l’employeur équivaut acceptation.

Retour d’expérience sur le CPF

De par mon expérience personnelle, la sollicitation des droits CPF nécessite certaines qualités pour concrétiser son projet de formation.

« Clairvoyance » et « discernement » sont nécessaires pour établir la photographie de ses compétences vis à vis des exigences de son emploi actuel et futur et définir son projet de formation. Le marché de l’emploi, les projets et la stratégie de l’entreprise, les compétences globales de l’équipe, les sollicitations professionnelles internes et externes à l’entreprise, motivent le collaborateur à se poser les bonnes questions au regard de ses capacités, de ses qualités et de ses pas de progrès.

Une fois les axes de développements de compétences déterminés, le projet de formation défini, quelques modalités opérationnelles prédéfinies (choix du hors temps de travail ou du temps de travail), le salarié armés de patience et d’obstination a acheté son billet pour voyager dans le nouveau monde du CPF. La découverte de ce monde passe par le long travail de recherche sur internet pour identifier la liste des organismes de formation pertinents et par des allers-retours inutiles (car le FONGECIF n’était pas le bon interlocuteur). Vous côtoyez lors de ce voyage, des passagers réguliers comme les OPCA et les offreurs de formation. Les échanges avec les OPCA sont compassionnel, la relation avec les organismes de formation est sereine, empathique et en appui ; tous partagent avec vous les aléas du voyage et vous accompagnent du mieux qu’ils peuvent.

Avec ténacité et constance, le salarié a traversé les turbulences pour se poser devant son écran, enregistrer et compléter son dossier sur www.mon-compte-formation.fr. Avec une certaine dose d’acharnement, et quelques appels passés aux conseillers du site, le salarié réussira à finaliser le formulaire administratif de demande de formation (durée de la formation, raison sociale de l’organisme et le coût pédagogique total). Cette dernière étape réalisée, le salarié pourrait avec un grand sourire se dire « j’ai réussi », je peux me reposer et attendre le 1er jour de la formation. Quelques jours après, le salarié commence à s’agiter et à s’interroger sur le devenir du formulaire rempli en ligne. « Et si l’OPCA ne finance pas mon dossier ? », « à quelle date l’OPCA valide définitivement la demande ? » « est ce que je pourrais participer à la session de cet été ? ». L’OPCA a 6 semaines en moyenne pour valider la demande de prise en charge de la formation souhaitée par le salarié. L’expérience montre que le salarié (formé à la gestion de projet) a intérêt  à relancer l’OCPA pour s’assurer du bon traitement de son dossier. Le portail  www.mon-compte-formation.fr, ne donne aucune information sur l’état d’avancement de sa demande de prise en charge par l’OPCA.  Puis un heureux jour vous recevez un appel de votre organisme de formation qui vous annonce officiellement la bonne nouvelle ; vous êtes arrivé à quai.

S’auto-évaluer, construire un projet professionnel pour l’avenir, gérer ses heures de formation, retenir les modalités opérationnelles (entre le hors temps et le temps de travail), prospecter les organismes de formation, échanger avec l’OPCA et suivre le dossier de prise en charge de son projet de formation, autant d’étapes nécessaires au voyage initiatique du CPF.

Fin mai 2015, cinq mois après la mise en place de la réforme de la formation professionnelle, seuls 2000 CPF ont été signés. Sur ces 2000 dossiers, 600 seulement ont été initiés par des demandeurs d’emploi (source management de la formation by Rhexis [1]).  

Les salariés se familiarisent avec ce nouveau dispositif ainsi que les organismes de formation et les OPCA. Si les projets individuels de formation sont bien définis et portés par des salariés motivés, si  la recherche de la compétitivité au travers du capital humain et la sensibilisation à l’employabilité sont soutenues par les directions RH et si la politique globale de la formation en France éclaire davantage le parcours du CPF (en avril 2015, une seule personne, sur les 23 millions de bénéficiaires potentiels, a pu bénéficier d'une formation), alors salariés, DRH, politiques et OPCA, pourront avancer ensemble.


[1] http://www.managementdelaformation.fr/regards-croises/2015/07/13/jean-wemaere-il-faut-plus-de-souplesse-dans-le-processus-deligibilite-des-formations-au-cpf/

Auteur

Patricia Perche

Du même auteur