ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Former les futurs RH internationaux selon Dominique Peyrat

visuel_evolution_professionnelle_5_123rf_.jpg

Afin de clôturer notre tour d'horizon de la fonction Ressources Humaines en contexte international, nous bénéficions de l'apport de Dominique Peyrat-Guillard, Directrice d'une formation spécialisée dans ce domaine, puisqu’elle est Vice-doyen chargée des relations internationales de la Faculté de Droit, Economie et Gestion de l'Université d'Angers, Maître de conférences Habilitée à Diriger des Recherches, Co-Responsable du Master de Management International des Ressources Humaines. Dans le cadre de cet entretien, Dominique Peyrat-Guillard précise les éléments distinctifs de la fonction RH à l'international ainsi que les compétences particulières qu'elle requiert, avant de conclure sur ses pistes d'évolution future.

Comment vous êtes-vous intéressée à la fonction Ressources Humaines à dimension internationale ?

C'est un long parcours ! J'ai d'abord découvert la fonction Ressources Humaines dans le cadre d'un stage de DESS à l'IAE de Poitiers. Mon intérêt pour ce domaine s'est confirmé, et après mon DEA en Sciences de Gestion, j'ai intégré le service des Ressources Humaines d'une entreprise pendant 3 ans. Lorsque j'ai préparé mon doctorat, mon sujet de thèse portait sur les démarches de partage de valeurs et de projets d'entreprises. Je m'intéressais donc plus particulièrement aux pratiques de grands groupes, lesquels sont souvent confrontés à des problématiques RH internationales. J'ai par la suite rejoint l'Université d'Angers, qui, à ce moment-là, ne proposait pas encore de diplôme de niveau bac+5. Nous avons alors entrepris de créer un DESS, aujourd'hui Master professionnel, de Management International des Ressources Humaines. 

Pourquoi avoir créé un Master destiné aux Ressources Humaines à l'international ?

Il y a deux raisons à cela. Lorsque nous avons décidé de créer ce diplôme, nous avons tout d'abord étudié ceux qui existaient déjà sur le territoire français, car il ne s'agissait pas de proposer une offre de formation déjà disponible ailleurs. Or, nous avons constaté un manque dans ce domaine par rapport aux attentes des grandes entreprises, tout du moins au sein du système universitaire. 
De plus, cela s'intégrait parfaitement à la stratégie générale de l'Université d'Angers qui voulait clairement se développer sur le plan international.
Aujourd'hui cette démarche est arrivée à pleine maturité : le Master s'appuie sur des partenariats avec la Business School du Maine aux Etats-Unis ou de l'Université de Madras en Inde dont les enseignants viennent animer certains cours à Angers. Il propose un double diplôme avec l'Université de Torun en Pologne et celle de Saint Pétersbourg en Russie. Une partie de nos étudiants effectue chaque année un semestre à l'étranger, en contrepartie de quoi nous accueillons des étudiants étrangers. Pour ceux qui restent en France, le second semestre est entièrement dispensé en anglais. 
Mais nous cherchons constamment à renforcer la dimension internationale de la formation en développant de nouveaux partenariats et en les articulant avec les partenariats actuels. 

Selon vous, est-ce qu'il existe des qualités ou compétences spécifiques à l'exercice de la fonction Ressources Humaines à l'international ?

Certainement. Il existe déjà des compétences nécessaires à tous les cadres qui travaillent à l'international, quelle que soit leur fonction : capacité d'adaptation, ouverture d'esprit, maîtrise de l'anglais et d'une autre langue étrangère. La maîtrise de l'anglais est une évidence : nous insistons dans notre Master sur la maîtrise d'une deuxième langue étrangère qui peut constituer un véritable atout en fonction des zones géographiques dans lesquelles les étudiants seront amenés à travailler. D'autre part, pour ce qui concerne plus spécifiquement la fonction RH, les qualités de communication sont particulièrement importantes lorsqu'on travaille à l'international. 

Voyez-vous la fonction RH à l'international comme une fonction très technique, de spécialiste, ou plutôt comme une fonction de coordination, qui s'éloigne de la technicité du métier pour se positionner dans un rôle d'accompagnement, voire de coach ?

Selon moi, tout dépend du niveau d'intervention. De même qu'en France, il y a à l'international des spécialistes qui se doivent d'être techniquement pointus, mais également des généralistes qui se positionnent plus comme accompagnateur, coach ou consultant interne. En général, le parcours vers un poste de généraliste passe par une ou plusieurs étapes en tant que spécialiste. Si l'on poursuit une carrière de RH international, ces étapes de spécialiste doivent en principe se dérouler elles-mêmes dans un contexte international. Il s'agit d'acquérir une certaine technicité qui sera source de crédibilité pour le professionnel des ressources humaines. 

Quelles sont, selon vous, les particularités de l'exercice de la fonction à l'international par rapport à un parcours national ? 

Le contexte international apporte évidemment de la complexité. On peut l'envisager comme une source de contraintes supplémentaires, mais cela ouvre également des perspectives et des possibilités d'actions plus grandes. Fondamentalement, la question centrale dans ce domaine réside dans l'arbitrage entre politique globale et adaptation locale. Il faut imaginer des solutions entre standardisation et adaptation, ce qui ouvre la voie à plus de créativité que dans un contexte purement national. 

Selon vous, dans quelle mesure la fonction RH est-elle exportable ?

La mobilité internationale des RH n'est pas simple : la maîtrise du contexte juridique est en effet très importante et reste spécifique à chaque pays. Cela nécessite donc une faculté d'adaptation et de prise de connaissance rapide du contexte et du cadre légal local. 
Une telle mobilité apparaît certainement souhaitable en termes de développement personnel, car très enrichissante. Du point de vue de l'entreprise, cela peut apporter un autre regard sur la fonction RH, même si les pratiques semblent de plus en plus se standardiser.

Vous préparez les futures générations de professionnels des Ressources Humaines à l'international : comment voyez-vous évoluer la fonction ?

Il faut déjà faire face à l'image idéalisée que de nombreux étudiants ont de la fonction RH : ils nous disent vouloir faire ce métier parce qu'ils aiment les relations humaines… Nous, nous concevons le professionnel des Ressources Humaines comme un véritable "Business Partner" qui fait face à des contraintes et des exigences. Le Master comprend par exemple un cours de management des restructurations, ce qui n'est sans doute pas une partie agréable, mais fait partie du métier : nous y préparons donc les étudiants. 
Le "Business Partner" doit démontrer ce qu'il apporte à l'entreprise. Il est associé à la stratégie de l'entreprise, comprend les objectifs et demandes des actionnaires et peut par conséquent apporter des conseils et propositions sur le plan humain pour que les meilleures décisions possibles soient prises. 
En même temps, il peut occuper son rôle de différentes manières et il est clair qu'on ne peut pas gérer les hommes de la même façon que des ressources matérielles ou financières. C'est pourquoi nous mettons notamment l'accent dans notre formation sur les questions éthiques. Il nous semble important de mener une réflexion sur cette dimension pour donner des repères aux futurs professionnels de la fonction. 
La dimension internationale de la fonction, quant à elle, ne se limite pas aux grands Groupes : cela fait de plus en plus partie des préoccupations d'entreprises de taille plus modeste qui se développent à l'international. La dimension internationale devient donc de plus en plus importante pour aborder la fonction ressources humaines. 

Auteur

visuel_expert_nicolas-mundschau-new.jpg

Responsable des Ressources Humaines

Nicolas Mundschau s'intéresse tout particulièrement à la gestion...

visuel_expert_nicolas-mundschau-new.jpg

Nicolas Mundschau

Responsable des Ressources Humaines Nicolas Mundschau s'intéresse tout particulièrement à la...

Du même auteur

visuel_dossier_ressources_humaines_internationales.jpg

RH au bout du monde (6)

visuel_dossier_ressources_humaines_internationales.jpg

RH au bout du monde (6)

Au Brésil - Houda Salihi Cherkaoui, Chef de Projet et Delivery Manager – NGA Human Resources (...

Par Nicolas Mundschau, le 01/07/2015