ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Engagement, RPS et  pratiques organisationnelles : entreprendre

visuel_engagement_et_reconnaissance_5_shutterstock.jpg

Rappel

Nos deux premiers articles montraient pourquoi l’inadaptation des pratiques organisationnelles et managériales des entreprises aux exigences d’un contexte nouveau constituait des facteurs aggravants du mal-être des salariés. Dans cette optique, le précédent proposait des orientations quant à ce que devraient être les priorités en matière de pratiques RH. Ce dernier article vise à formuler en guise de conclusion une ambition managériale et comportementale pour y réhabiliter l’entreprise aux yeux des salariés.

La priorité d’un rêve réaliste et ambitieux : sens, cohérence, cohésion

La priorité d’un dirigeant dont l’organisation souffre des maux évoqués précédemment devraient consister à agir sur les 3 principaux axes identifiés : buts, moyens et gains. En d’autres termes, son action doit viser à privilégier :

  • Le sens, c’est-à-dire faire émerger le projet vers lequel le collectif doit tendre,  dans lequel chaque partie prenante trouve une perspective de gains mobilisatrice et dans lequel chacun peut se reconnaître ;
  • La cohérence, c’est-à-dire le fait que toutes les actions menées s’inscrivent, même si elles sont difficiles, dans la poursuite de ce projet devenu « Bien Commun » en cela qu’il bénéficie à tous s’il réussit ;
  • La cohésion c’est-à-dire le fait que les intérêts de chaque partie prenante sont respectés et que les intérêts particuliers au sein de l’organisation prennent le moins possible le pas sur l’intérêt du projet collectif.

Ces orientations posent la question des valeurs et supposent des qualités que l’on prêtait à des chefs d’entreprise emblématiques plus entrepreneurs que gestionnaires, à des capitaines au long cours plutôt qu’à des mercenaires de la marine marchande. Elles doivent se traduire à tout instant dans des comportements dont la liste mériterait une recherche à elle seule mais qui implique certainement vision, anticipation, honnêteté, loyauté, exemplarité, respect de l’autre, confiance, etc.

Entreprendre avant de prendre

L’attention aux risques psychosociaux passe ainsi peut-être par la capacité des dirigeants à formuler un rêve. Le rêve d’une entreprise où l’on entreprend avant de prendre. Le rêve d’une entreprise dans laquelle le projet stratégique devient Bien Commun, parce qu’il offre une perspective de satisfaction réaliste à toutes les parties prenantes. Une entreprise dans laquelle l’expérience du quotidien, malgré toutes les imperfections de la vie en collectivité et de la nature humaine, malgré les erreurs et les errances, prouve que chacun œuvre à sa réussite, parce qu’il est intimement confiant dans la capacité sincère de tous à reconnaître, moralement et financièrement, sa réelle contribution si minime fut elle. 

Dans le cas contraire, l’entreprise s’exposera au risque de voir les plus rebelles, les plus talentueux, les plus créatifs ou les plus chanceux tenter l’aventure sous d’autres cieux (concurrents) ou d’autres formes (auto-entrepreneurs, indépendants, etc.) et de regarder empirer la souffrance des plus faibles, contraints à subir. Les dirigeants conscients qu’entreprendre est un besoin vital, parce ce qu’inventer est le propre de l’Homme et que le travail lui permet de se révéler à lui-même, dispose d’un levier d’une richesse infinie. Les autres assècheront leurs structures, jusqu’à ce que, démunies de leur meilleur carburant, elles cessent d’être un  lieu d’intégration de compétences pour devenir de simples assembleurs de services marchands. En ce sens, la multiplication des signes de mal être au travail caractérisent peut-être plutôt un mal vivre dans une certaine forme de grande structure modélisée et bureaucrate. Ils confirmeraient alors l’émergence d’une société de « nouveaux marchands » (Boyer & Scouarnec, 1999) dans laquelle la compétence individuelle se monnaierait comme un service ou se regrouperait en structure ad-hoc plus petites. 

Travaux cités

Boyer, L., & Scouarnec, A. (1999). Les nouveaux marchands. Editions EMS.

http://RH.by.Storhaye.com

Auteur

visuel_expert_patrick-storhaye-new.jpg

Président de Flexity

Patrick Storhaye est président de la société de conseil Flexity et professeur...

visuel_expert_patrick-storhaye-new.jpg

Patrick Storhaye

Président de Flexity Patrick Storhaye est président de la société de conseil Flexity et professeur...

Du même auteur

visuel_management_et_condition_de_travail_8_adp.jpg

Souriez ! Ça ira mieux …

visuel_management_et_condition_de_travail_8_adp.jpg

Souriez ! Ça ira mieux …

  Pendant le mois d'août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l'année....

Par Patrick Storhaye, le 12/08/2019

visuel_management_et_condition_travail_10_shutterstock.jpg

Distance et créativité

visuel_management_et_condition_travail_10_shutterstock.jpg

Distance et créativité

  « L’entreprise doit « réapprendre (…) qu’il n’y a pas de créativité sans errance et sans erreur,...

Par Patrick Storhaye, le 31/07/2019