ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Le professionnalisme: un allié ?

visuel_professionnalisme.jpg

 

De la définition du professionnalisme

Vous savez qu’être professionnel sera probablement la clé de votre réussite, ou en fera tout du moins partie. Bien, mais que signifie « être professionnel » ? Pour certains, il s’agira de respecter des codes, vestimentaires ou de conduite par exemple, ou encore de s’évertuer à fournir un travail consciencieux et de qualité. Pour d’autres, le professionnalisme se réfère plus à un niveau de qualification ou un degré de compétences. Entre savoir-faire et savoir être, comment le professionnalisme se mesure-t-il ? Quels sont les outils pour l’évaluer ? Ces critères sont-ils tous objectifs ? Le professionnalisme englobe nécessairement une part de ressenti. Et ainsi, chacun ira de sa subjectivité pour juger un employé, un collègue ou un prestataire comme professionnel ou non.

Mais le subjectif a les limites de l’individu, limites auxquelles la définition du professionnalisme ne doit, et ne saurait, se restreindre. Si les définitions des dictionnaires semblent peu satisfaisantes et quelque peu vagues (« Qualité d’une personne qui exerce une activité en tant que professionnel expérimenté » pour Le Robert, « Qualité de quelqu’un qui exerce une profession avec une grande profession » pour Le Larousse), c’est qu’il est peut-être tout simplement difficile d’en donner une générique, et qui saurait répondre à toutes les attentes de toutes les professions. Ainsi, le professionnalisme, bien que concrétisé par une manière d’être au travail, un comportement, est sans aucun doute, et avant tout, une affaire de rapport : rapport à son activité mais aussi rapport à autrui et, partant, rapport à soi.

Professionnalisme ou efficacité ?

L’un va-t-il sans l’autre ? Peut-on être efficace sans être professionnel et réciproquement ? On peut facilement imaginer que l’on puisse être efficace sans être professionnel, c’est-à-dire ne pas rassembler tous les critères établissant quelqu’un comme étant professionnel, si tant est que ces critères soient clairement posés. On peut être efficace dans son travail sans pour autant respecter les règles de cordialité ou de bienséance, par exemple.

La page Carrières des Nations Unies nous donne un aperçu de la notion de professionnalisme (en fait sa propre définition) comme étant l’une des trois valeurs piliers de l’organisation. Ainsi, « faire preuve de professionnalisme » consisterait à « travailler avec dévouement », «être consciencieux et efficace» et par là « obtenir des résultats ». C’est aussi être spécialisé dans un domaine (« faire preuve de compétence ») et savoir « se présenter sous son meilleur jour » en toutes circonstances, montrer que l’on « aime son travail » et que l’on en est « fier ».

L’efficacité serait l’un des critères du professionnalisme, et celui-ci irait bien au-delà. Il s’agit donc bien d’un rapport à son travail en premier lieu (avoir les bonnes compétences, celles relevant d’une spécialisation, être productif mais aussi l’aimer et en être fier), tout autant qu’à ses employeurs qu’à ses clients (travailler consciencieusement, avec dévouement, se présenter sous son meilleur jour). On ne saurait alors réduire le professionnalisme à l’efficacité, mais il paraîtrait insensé de parler de professionnalisme sans évoquer les conditions d’efficacité.

Sur les pistes du professionnalisme

Après nous être accordés à dire qu’aucune définition de la notion de professionnalisme ne s’imposait, dès lors qu’il est souvent question d’attitude. Mais il devient également possible de dégager ce que l’on pourrait appeler des « attributs » permettant de mieux cerner la capacité à réagir de manière professionnelle.

Être responsable : être professionnel c’est avoir le sens des responsabilités et être en mesure de répondre de ses propos, de ses pensées et de ses actions, en particulier lorsque l’on a commis une erreur. Cette notion de responsabilité personnelle est très étroitement liée à celles d’honnêteté et d’intégrité, solides preuves s’il en est de professionnalisme.

Être maître de soi : être professionnel c’est savoir le rester même sous pression. Prenons l’exemple d’un service après-vente. Face à un client mécontent et irritable, le professionnalisme demande de garder son calme et de tout mettre en œuvre pour apporter une solution sans céder à l’impulsivité de la colère. Un véritable professionnel reste respectueux envers les personnes de son entourage, quels que soient leurs rôles ou le contexte. À cela s’ajoute en général une forte capacité à l’intelligence émotionnelle : savoir prendre en compte les émotions et les besoins des autres et ne pas impacter ses relations avec autrui même en cas de désagrément.

Soigner son image : être professionnel c’est aussi être impeccable et propre sur soi. Il ne viendrait pas à l’idée d’un professionnel de s’habiller ou de se coiffer négligemment. C’est aussi la condition qui amène à autrui à avoir confiance.

Quoi qu'il en soit, votre professionnalisme est telle une carte de visite: vous le définissez et l'agrémentez de ce qui vous semble important. Et, en tout état de cause, qu'il soit question de votre carte de visite professionnelle ou de votre professionnalisme, la première impression que vous laisserez sera décisive.

Auteur

Marketing et stratégie

Anne-Marie Deschamps est diplômée en Études Latino-américains, à l’université Paris IV Sorbonne,...

Anne-Marie Deschamps

Marketing et stratégie Anne-Marie Deschamps est diplômée en Études Latino-américains, à l’...

Du même auteur