ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Le nouvel EMS-RH de Sciences Po

raphaelle-mounier.jpg

EMS RH - Interview d’Olivier Lajous par Bruno Wierzbicki

Sciences Po Executive Education fait évoluer son Executive Master Spécialisé® Ressources humaines pour le rendre différent et plus adapté à notre monde en mouvement.

Rencontre avec le directeur de la formation, Olivier Lajous, l’ancien DRH de la Marine et DRH de l’année en 2012.


Olivier Lajous, à votre avis, pour quelles raisons Sciences Po Executive Education vous a proposé de diriger son Executive Master Spécialisé® Ressources humaines ?

J’ai toujours revendiqué et eu une grande liberté au sein des organisations dans lesquelles j’ai œuvré. Cette liberté m’a permis d’avoir un regard décalé, critique, « poil à gratter » mais toujours au service de la mission. Car, il ne faut jamais oublier qu’on reste à son service et que, finalement, c’est bien au travers de sa réussite que sera évaluée notre propre réussite.

J’ai trouvé très intéressant que Sciences Po Executive Education demande à un ancien marin de diriger son Executive Master Spécialisé® Ressources humaines. Et, en plus, à un marin sans bagage universitaire initial, et qui a donc gravi marche après marche l’escalier social pour finir numéro 3 de la Marine.

C’est sans doute mon expérience atypique qui les a intéressés. Une expérience qui est basée sur l’humanité de la GRH que nous pratiquons dans les Armées en veillant tout particulièrement au développement professionnel et personnel des femmes et aux hommes qui servent la République. Ce sont ces valeurs qui sont au cœur de mon vécu et que j’ai utilisées pour bâtir, avec l’équipe pédagogique, le programme de cette formation. D’un côté, la dimension extrêmement technique de la fonction RH sans laquelle elle ne peut pas opérer aujourd’hui, mais qui ne suffit pas, ou ne suffit plus. Le DRH est également et surtout un acteur qui doit s’appuyer sur son « être », son identité, pour devenir le chef d’orchestre de cette fonction transversale de l’organisation.

A l’instar du bon dirigeant, il doit savoir bien s’entourer, apprendre à faire confiance, savoir laisser son égo de côté, tout ceci pour être au service de la performance de son entreprise, au service de la mission qui commande et qui rassemble.

Finalement, vous faites l’éloge de la différence. Ce n’est pas un peu osé dans l’univers de l’Executive Education qui semble, de prime abord, assez uniforme ?

Vous avez raison pour l’éloge de la différence, mais ce n’est pas osé. Car cette formation diplômante à temps partiel (2 à 3 jours par mois) s’inscrit dans la dynamique de notre monde en mouvement. La différence qui nourrit est vraiment au cœur de notre temps et de cet Executive Master Spécialisé®. Elle est dans l’encadrement de cette formation qui jongle entre jeunesse et séniorité, entre les mondes opérationnels et universitaires. Ça génère l’humilité nécessaire à l’écoute et à la compréhension de la vision de l’autre.

Et cette différence, nous l’avons, et nous veillons à l’avoir, dans les profils de nos participants. Le mélange hétérogène des expériences passées sert aussi de laboratoire d’expérimentation à ce que nos futurs DRH auront à vivre.

Nos participants ont entre 35 et 50 ans, sont forts de leurs vécus professionnels, de leurs vécus personnels également et, à cette période de leur vie ils recherchent du sens à leur existence ; c’est aussi ce qu’ils sont venus chercher : rebondir pour changer de vie, vivre des respirations à Sciences Po pour vivre mieux ou revivre, et kiffer sa nouvelle vie.

Ici, nous n’hésitons pas à parler des émotions et à les vivre.

Je suis quand même étonné de vous entendre parler d’émotions. N’est-ce pas un mot interdit dans l’entreprise ?

Avant, on formait et on transformait les gens en champions du QI, capables de gérer les situations au travers d’un regard totalement rationnel et assez dépourvu de chaleur humaine.

Dans le monde actuel, les jeunes, et les autres d’ailleurs, ne veulent plus du tout « technocratique » qui sera réservé aux Intelligences Artificielles, aux robots. C’est via les émotions que les hommes garderont la main sur la créativité, sur la disruption (la différence instantanée) pour viser une adaptation au sens darwinien du terme. On est au cœur d’une des responsabilités les plus importantes des DRH de ce troisième millénaire : accompagner l’adaptation, la rendre souhaitable, soluble et même recherchée. Là, le QI seul n’est pas suffisant. Il y a également besoin de Quotient Emotionnel, de QE.

J’ai l’habitude de dire que lorsqu’on veille à l’équilibre des forces et des regards, on ne se trompe pas… C’est au cœur de cette formation: équilibrer QI et QE.

Finalement, vous donnez quelles clés ?

D’abord, une vision large de la fonction RH qui sera personnifiée par chacun et qui sera basée sur les quatre piliers suivants :

  • Pour la première partie du programme, la compréhension du côté technique du métier, les Savoir et les Savoir Faire.
  • Pour la seconde partie, l’assimilation de la vision de la posture et de l’identité du DRH, les Savoir Etre et les Faire Savoir.

Encore une fois, outre les apports académiques et de grands témoins, ceci sera vécu, in situ, par le groupe et par son expérience du vivre ensemble, dans tous les projets qu’il aura à mener.

Nous donnons aussi les clés d’une capacité à rendre l’erreur utile au collectif. Vouloir toujours continuer à se questionner et trouver des réponses, même à des interrogations qu’on n’a pas encore eues. C’est rentrer dans la communauté plus large d’experts de toutes spécialités de Sciences Po et de ses alumni.

Comment saurez-vous que vous avez réussi cette nouvelle mission ?

Il y a plusieurs marqueurs pour cela. D’abord, une thèse professionnelle de qualité rédigée par les participants, symbole d’un livrable qui s’ancre dans le réel de la vie de l’entreprise.

Il y aura celles et ceux qui nous appelleront pour nous dire qu’ils vont bien et qu’ils sont prêts à assumer de nouvelles fonctions dans lesquelles ils vont s’éclater. Ils nous diront qu’ils peuvent se projeter dans de nouveaux projets, avec un nouveau regard sur eux, sur ce qu’ils sont capables de faire et de vivre.

Enfin, et c’est un côté essentiel de cette formation, voir un groupe de personnes réunies par le hasard se transformer en une promotion, avec son esprit d’équipe basé sur le lien humain et une grande complicité solidaire.


Pour en savoir plus sur l’Executive Mastère Spécialisé® Ressources humaines : https://www.sciencespo.fr/executive-education/ressources-humaines

 

Auteur

visuel_expert-bruno-wierzbicki-new.jpg

Responsable des Ressources Humaines

Bruno Wierzbicki est ingénieur en aéronautique et pilote de chasse dans l'armée de l'air. Dans sa...

visuel_expert-bruno-wierzbicki-new.jpg

Bruno Wierzbicki

Responsable des Ressources Humaines Bruno Wierzbicki est ingénieur en aéronautique et pilote de...

Du même auteur

entreprise_liberee.jpg

Libérée, délivrée...

entreprise_liberee.jpg

Libérée, délivrée...

La face cachée de... L’entreprise, tout le monde y a réfléchi dessus. Qu’on soit en dedans, en tant...

Par Bruno Wierzbicki, le 11/05/2018

visuel_engagement_et_reconnaissance_9_shutterstock.jpg

A quoi sert le travail ?

visuel_engagement_et_reconnaissance_9_shutterstock.jpg

A quoi sert le travail ?

NDLR : En cette fin de période estivale, nous remettons en ligne quelques un des articles les plus...

Par Bruno Wierzbicki, le 01/09/2017