ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

S'accomplir dans son travail ?

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

 

La fécondité d’une activité professionnelle comprend deux versants, deux dimensions paradoxales qu’il faut s’efforcer de respecter et de marier le plus intelligemment possible.

Un travail à réaliser

L’ensemble des missions, objectifs et tâches qui nous sont confiés nous imposent, dans un premier versant, une traduction pratique opératoire : un ensemble de procédures, de canevas, de plans. Cette dimension active, souvent menée sous la pression de l’urgence, requiert un temps mesuré, homogène, où le découpage en périodes correspond à des contrôles de réalisations, d’avancées, d’atteintes d’objectifs intermédiaires et de résultats attendus. Evidement, plus les délais sont courts et plus notre activité professionnelle relève de la seule exécution, tant la construction d’activités s’apparente alors à la soumission au temps.

Une créativité à nourrir

Ce faisant, l’autre versant de notre activité, celui qui correspond à l’épanouissement de nos potentiels et de notre créativité, s’en trouve appauvri et, situation parfois absurde, notre vie professionnelle devient une pure course contre le temps. Nous ne pouvons alors rien nourrir, rien renouveler, rien cultiver de notre propre intelligence rationnelle et émotionnelle, pas plus que du vivier collectif que devrait toujours représenter le travail en commun. Nous nous égarons de stress individuel en réunions chronophages et le plus souvent inutiles. Pour laisser à notre élan professionnel toute sa vigueur et son dynamisme, nous devons nous accorder – et nous en imposer le temps – un pouvoir de projection dans un futur non programmé. Ce pouvoir représente la possibilité permanente de s’accomplir dans un travail, de concevoir un horizon, une perspective professionnelle, personnelle ou collective, qui sollicite des potentiels non avérés, chez soi-même et chez les autres.

Un équilibre à trouver

Ces deux versants de notre activité professionnelle doivent par conséquent faire l’objet d’un management personnel, on pourrait dire d’un auto-management : il s’agit de se doter soi-même de règles claires qui définissent les rapports et les comportements que nous développons pour maintenir l’équilibre de ces deux dimensions. Il convient à cet égard d’établir un principe de fonctionnement stable, susceptible de supporter les variations d’environnement et les adaptations organisationnelles nécessaires.

Ce principe de fonctionnement doit être reconnu par l’ensemble de nos interlocuteurs fonctionnels ou opérationnels comme n’entamant pas la justesse de nos responsabilités professionnelles. Il devra être défendu de manière rationnelle, et répété chaque fois qu’il sera inquiété dans son existence ou dans ses possibilités pratiques

La notion « d’accomplissement professionnel » pourra alors retrouver un sens qu’elle avait tendance à perdre.

Auteur

patrick_bouvard.jpg

Rédacteur en chef de RH info

Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en...

patrick_bouvard.jpg

Patrick Bouvard

Rédacteur en chef de RH info Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en Sorbonne, il enseigne...

Du même auteur

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Le manager et l'autorité

Les managers sont confrontés tôt ou tard à cette question angoissante : ai-je besoin d’affirmer ou...

Par Patrick Bouvard, le 11/10/2018