ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Sens Interdit !

visuel_theme_organisation_et_comunication_7_fotolia.jpg

Il ne fait aucun doute que les nouvelles technologies numériques, auxquelles Homo pseudo sapiens a choisi de s’inféoder, ont, en quelques décennies à peine, changé de nombreuses règles du jeu en matière de censure ou d’autocensure... Que ce soit à la télévision, totem sans tabou plus que sexagénaire, passé au numérique lui aussi, ou sur la vaste toile du Web, une forme d’idéologie s’est fait jour qui a fait, notamment, de la transparence et du déshabillage du sens ses jolis bras armés.

« Ils nous soufflaient que la vraie vie n'était plus « ailleurs », ironisait déjà Serge Daney au début des années 90, et qu'il n'y avait rien de plus aimable et de plus aimant qu'un petit coin de studio éclairé ». Un petit coin de studio éclairé ou un site, vaste arène verbale où « tout peut se dire ». Voilà bien le lieu sacrificiel où se fomente l’affaire. La télévision, « art du plein jour obligatoire », opère une mise en lumière qui, si elle donne à voir dans une spectacularisation de ses objets, en vient à gommer jusqu'à toute part nocturne, pourtant si consubstantielle à l’art, à la littérature. Il en va de même pour le Web. Pour user d’une métaphore photographique : là où – réseaux sociaux, blogs voués à une autocélébration narcissique, sites divers, télévision – le sujet est soumis à une surexposition pathogène, il disparaît, en tout cas en tant que moi profond ne laissant surnager que son moi banal, condamné à l’anecdote, à l’indigente banalité du spectacle standardisé. Il n’est que de voir la négation radicale de l’Etre que peut représenter la téléréalité, ferment, s’il en est, d’indifférenciation absolue…

Ainsi, à force de prôner la transparence, folie idéologique qui fut le paraphe des totalitarismes, en sommes-nous réduits à une image plane de l’humain, privée de tout relief, à un recto sans verso, quand il serait si crucial d’en appeler à la complexité, à cette part d’opacité si féconde en littérature et pour l’ensemble de la création artistique. Cette dévoration est d’autant plus pernicieuse qu’elle atteint les plis du langage, instituant une sournoise aseptisation du verbe. Là où la subversion minuscule se hausse souvent du col, prospère aussi une sorte de novlangue, digne de celle d’Orwell, qui désincarne les mots. Ainsi, dans une époque qui se délecte d’euphémisations tous azimuts, l’adverbe sans doute, soumis à la nouvelle doxa, ne veut-il désormais plus dire que... peut-être.... On ne parle plus d’avenir – trop infréquentable parce que, produit de la volonté des hommes, il est par trop responsabilisant –, mais de futur, horizon vague qui échappe à tout pouvoir et s’impose à nous, « objectivement », tel le fatum des stoïciens. On peut aussi évoquer tolérance, bien vilain mot (issu du latin tolere = porter un fardeau), qui nous dédouane à peu de frais d’accepter, d’accueillir ou tout simplement d’aimer... Quelques exemples à peine,  mais la liste serait bien longue de ces mots assignés à résidence, ravalés en deçà d’eux-mêmes... C’est ce que, reprenant la célèbre formule de Deleuze et Guattari, on pourrait nommer « L’équivaloir généralisé ». Au fond, tout semble se valoir dans le Barnum médiatique dont toute hiérarchisation paraît bannie. Tout semble y être frappé d’insignifiance, nimbé d’un relativisme morbide, bras armé d’un inquiétant nihilisme.

Alors, quelle responsabilité pour l’écrivain, dans  ces temps de vulgate où le verbe ploie ? D’en appeler à un héroïsme de la raison, de redonner du sens aux mots, à ces signifiants de plus en plus spoliés de leur âme. La liberté d’expression et de création est aussi à ce prix. Tant il est vrai, comme l’écrivait déjà Platon, que « la perversion de la cité, commence avec la fraude des mots ».

Auteur

photo_tudoret_2017.jpg

Patrick Tudoret est écrivain, consultant auprès d’institutions internationales, comme la Commission européenne, et coach de dirigeants. Il est l'...

photo_tudoret_2017.jpg

Patrick Tudoret

Patrick Tudoret est écrivain, consultant auprès d’institutions internationales, comme la Commission...

Du même auteur

visuel_dossier_gestion_du_stress.jpg

Faux et usage de faux...

visuel_dossier_gestion_du_stress.jpg

Faux et usage de faux...

  C’est un fait pour qui s’userait encore les yeux sur le fil déroulant des chaînes d’info toujours...

Par Patrick Tudoret, le 02/05/2018

visuel_cooptation_fun.jpg

Dérisoire dérision

visuel_cooptation_fun.jpg

Dérisoire dérision

  Tocqueville, Cassandre assumé de nos défaites, l’a annoncé, il y a longtemps : l’aplatissement...

Par Patrick Tudoret, le 28/12/2016

visuel_gestion_des_talents_et_potentiels.jpg

Bornes in the USA…

visuel_gestion_des_talents_et_potentiels.jpg

Bornes in the USA…

  Impressions de voyage... A Philadelphie, La première chose qui vous tombe dessus, comme une...

Par Patrick Tudoret, le 26/10/2016

visuel_communication.jpg

Émotions, pièges à... sons

visuel_communication.jpg

Émotions, pièges à... sons

  L’émotion, pour le meilleur mais surtout le pire, donne aujourd’hui le La du vacarme médiatique....

Par Patrick Tudoret, le 07/10/2016