ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

L'innovation au coeur

visuel_dossier_croissance_innovation_et_ressources_humaines.jpg

L'innoductivité : un concept d'avenir

Par Patrick Bouvard et Patrick Storhaye

Certes le besoin d’innovation n’est pas une nouveauté : toutes les entreprises, depuis la fin des trente glorieuses – ne parlons pas d’avant – connaissent cette exigence, bien avant le tsunami des TIC ! Il y a donc longtemps que la croissance – donc la compétitivité – ne passe plus uniquement par l’optimisation de l’organisation et la réduction des coûts de production : il faut depuis de nombreuses années, sous la pression de la mondialisation, tirer la compétitivité par le haut en trouvant de nouveaux marchés, de nouveaux produits, de nouveaux services, de nouveaux partenariats, de nouvelles coalitions, de nouveaux modes d’organisation, des sources de production plus performantes, moins chères, etc.…

Mais nous sommes encore loin du compte ! Dans la logique de la mondialisation, nous sommes passés à une ère de globalisation. C’est à dire que l’ensemble des acteurs mondiaux est en interaction systémique. Ce qui a pour vertu – ou comme inconvénient – de court-circuiter les innovations pures, parce que l’information est simultanément partout : dès que l’on a une idée « nouvelle », on peut être certain que quelqu’un d’autre le fait en ce moment à l’autre bout du monde… et gratuitement !

« Ce qui se "globalise" (…)  tend à devenir un ensemble régi par des règles telles que le tout organisé constitue un "système". A l'inverse, ce qui se "mondialise" tisse de multiples liens et interconnexions entre les Etats-nations, les entreprises, les sociétés de telle sorte que les événements, les décisions survenant en un lieu de la planète retentissent plus ou moins intensément sur les individus et les collectivités vivant en d'autres lieux » (Bartoli, 2011)

Ainsi ne suffit-il plus de trouver des innovations, au travers d’un service technique Recherche & Développement, pour faire vivre et durer une production classique ! C’est tout le modèle de l’entreprise qui doit être innovant. Son « business model » doit avoir l’innovation permanente comme principe structurant.

« L’innoductivité » est un concept qui désigne la combinaison intime des exigences d’innovation et de productivité au sein de l’entreprise.

La nécessité de combiner divergence et convergence

L’opposition radicale – consciente ou inconsciente – entre verticalité et transversalité, entre fermeture et ouverture, entre efficacité et adaptation, entre convergence et divergence est donc à l’envers du sens de l’Histoire, même si cette représentation fait écho par ailleurs à un phénomène réel de désindustrialisation de l’économie française au profit d’activités de services dans lesquelles savoir et innovation sont déterminants. Comme telle, c’est une erreur d’analyse, une faute de jugement qui nourrit une illusion sans avenir concret. A l’image du vivant qui doit en permanence faire preuve d’efficacité pour survivre à court terme et d’adaptation pour survivre à long terme, la compétitivité de l’entreprise passe par la redécouverte qu’il n’y a plus de modèles de management exclusifs auxquels il suffirait de faire appel, mais des capacités parfois antagonistes à développer en fonction de la variété des situations ; et ce à tous les niveaux hiérarchiques, à tous les nœuds et agrégats de l’organisation et de sa chaîne de valeur, et peut-être même au niveau de l’activité d’un individu.

Avoir dans ses gênes cette capacité permanente d’adaptation à des situations nouvelles, tout en étant capable de faire preuve de productivité, cela signifie combiner verticalité et transversalité, fermeture et ouverture, divergence et convergence.

« Combiner les opposés » ne signifie pas « faire les deux en même temps » comme si l’on pouvait être au même moment et dans un même lieu créatif et efficace … mais adopter des bonnes postures au bon moment au regard de ce que la situation concrète exige: le bon choix guidé par l’intelligence des situations, comme en musique les dissonances se résolvent en consonance pour apaiser la tension harmonique. Une symphonie totalement dissonante serait très désagréable à l’oreille ; une symphonie parfaitement consonante serait monotone ; c’est le passage réitéré et à bon escient de l’un à l’autre qui crée l’équilibre de l’ensemble.

(Ré)apprendre la diversité des temps et des rythmes du management

A regarder de près les modèles managériaux qui ont dominé dans les entreprises depuis de nombreuses années, nous pouvons faire plusieurs constats :

  •  Ces modèles, dans leur renouvellement régulier, ont été davantage soumis aux effets de mode qu’à des changements profonds. On change le paquet et le ruban, mais la boite contient souvent la même chose. A la vérité, il n’y a pas plus de trois ou quatre grandes tendances, remixées et combinées à l’envie par des « papes » toujours très prosélytes.
  • Chacun de ces modèles veut se présenter comme exclusif et constant, comme s’il suffisait d’y coller une fois pour toute et de le déployer à force de formation auprès de managers transformés en clones.
  • Enfin, tous ces pseudos-modèles dérivent invariablement, au fil de l’air du temps, vers une pure problématique de gestion. Une « gestion » qui s’apparente peu ou prou, dans ce cadre, à une sorte de supervision se bornant à expédier les affaires courantes, à mettre de la pression et à contrôler que les indicateurs financiers soient atteints.

Mais manager est tout autre chose :

  •       c’est donner au business la direction qu'il doit suivre à ce moment-là, indépendamment de toute mode ;
  •       c’est anticiper, afin de prévoir le meilleur mode d’action ;
  •       organiser, en vue de constituer les organes déployant l’activité en phase avec la vie même de l’entreprise ;
  •       commander, c’est-à-dire confier à chaque acteur les éléments nécessaires ;
  •       animer, pour faire vivre les organes et les directives dans une synergie positive ;
  •       coordonner, donc relier, unir, harmoniser l’ensemble des efforts et des actes ;
  •       contrôler, afin de s’assurer que tout se passe conformément aux prévisions et réorienter si la réalité constatée le nécessite.
  •       Et s’il doit « gérer », c’est au sens de la « gestation » que comporte toute « gestion » ; c’est à dire que manager consiste à imprimer un mouvement, à « faire bouger » pour amener le projet sa maturité.

Tout ceci passe par des phases multiples et variées, qui ne sauraient être régies par un modèle unique !

Le maître mot du management « moderne », si l’on donne à ce mot son meilleur sens, devient donc le discernement, au plus intime de l’organisation des entreprises:

  • Discernement de ce qu’il faut formaliser ou non pour que chaque collaborateur coopère véritablement avec un esprit d’entrepreneur.
  • Discernement des rythmes et des temps différents avec lesquels il faut désormais savoir jongler pour les combiner efficacement :
    1. Discernement des besoins alternés de verticalité et de transversalité, au gré des exigences de l’activité.
    2. Discernement des moments utiles d’ouverture, de divergence, et des moments nécessaires d’efficacité, de fermeture, de convergence.
    3. Discernement des temps de recul, d’appel à créativité, et des temps de concentration et d’immersion totale dans l’action.

Au fond, c’est cela, la vraie culture 2.0 : suffisamment de coopération et de collaboration pour que le discernement soit possible au plus proche de chaque acteur de l’entreprise. C’est un véritable apprentissage dans lequel l’entreprise va devoir investir.


Article tiré de l'ouvrage de Patrick Storhaye et Patrick Bouvard : Le travail à distance. Télétravail et nomadisme : leviers de transformation des entreprises. Dunod 2013


Auteur

patrick_bouvard.jpg

Rédacteur en chef de RH info

Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en...

patrick_bouvard.jpg

Patrick Bouvard

Rédacteur en chef de RH info Titulaire d’un CAPES de Philosophie et Maître en Sorbonne, il enseigne...

Du même auteur

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Anecdote des RH ordinaires

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

Anecdote des RH ordinaires

Dans le style de Pierre Desproges, en hommage... Je me rappelle ce salon RH, en sous sol entre les...

Par Patrick Bouvard, le 17/05/2018

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

L'ouverture d'esprit

visuel_chronique_radio_rh_info_1_shutterstock.jpg

L'ouverture d'esprit

  Ce titre est évidemment provocateur : aucun d’entre nous ne saurait imaginer qu’il manque de la...

Par Patrick Bouvard, le 05/03/2018