ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

50 ans de management des organisations (7)

NDLR : A l’occasion de la sortie de son livre Nota bene, 50 ans de management des organisations (Ed. d’Organisation), Luc Boyer nous autorisé à reproduire ici quelques extraits du premier chapitre de son texte passionnant, intitulé « les leçons de l’histoire ».

Les leçons de l’histoire en matière d’organisation

L’analyse historique des méthodes d’organisation et de management permet de prendre conscience du fait que les rapports d’autorité et la forme des structures mises en place diffèrent selon le contexte plus ou moins complexe dans lequel ils s’établissent.

Toutes choses égales par ailleurs, ce contexte permet souvent d’expliquer pourquoi et comment les différents systèmes ont pu résister ou ont échoué. Une organisation se maintient quand un système de valeurs et d’identification des relations sociales est clairement identifié. Le chef se donne des titres et sa nomination, ou son investiture, sont entourées d’un cérémonial qui permet de l’identifier comme tel : Napoléon se fit nommer empereur en mémoire de César et de Charlemagne.

La période féodale a pris fin, en tant que principe social, quand les nécessités de la guerre ont imposé une réforme de la tactique et de l’armement. Les paysans furent regroupés en milices et encadrés par des généraux que le roi ou l’empereur nommait en personne : c’est cette centralisation de la force armée qui a permis l’affirmation de la notion d’Etat.

L’élément moteur du développement économique qu’a représenté la bourgeoise en Occident était, en Chine, presque entièrement consacré à la défense et au maintien de traditions et de valeurs ancestrales.

L’évolution de la science de l’organisation et du management montre combien les méthodes de gestion, pour élaborées qu’elles soient, deviennent peu satisfaisantes lorsqu’elles n’intègrent pas le nouveau contexte. Déjà, Sun Tzu insistait sur la nécessité, pour le guerrier, de s’adapter aux facteurs déterminants de l’environnement.

A NOTRE AVIS

  • L’approche historique de l’organisation met en évidence quelques caractéristiques communes aux différentes époques et aux groupes évoqués, comme par exemple :
  • la spécialisation qui procure l’efficacité ;
  • l’existence d’un chef, d’un leader organisant le groupe ;
  • la nécessité d’avoir une vision ou une mission pour sceller le groupe ;
  • le rôle, ou la nécessité, d’un Etat pour engager de grands travaux, avec des modalités d’intervention fort différentes selon le contexte, avec souvent des dérives bureaucratiques - l’état se prenant en quelque sorte au jeu, diminuant de ce fait l’initiative individuelle ;
  • Les changements organisationnels et politiques forts ont toujours été provoqués par des ruptures, entraînées par des innovations qui nécessitent généralement la mise en place et l’intervention d’un pouvoir fort. Ce pouvoir central a très vite pris deux formes différentes : soit l’Etat prenait directement en compte l’application des innovations (les grandes fabriques de Colbert), soit il considérait que son rôle devait de limiter à faciliter la dynamique des entrepreneurs privés (globalement, l’approrme.che anglo-saxonne). Beaucoup ont vu derrière ces orientations fort différentes et qui allaient marquer pour longtemps les politiques économiques et sociales des états une différence d’origine religieuse (Max Weber) entre les catholiques et les tenants de la réfo

De la révolution industrielle à nos jours, il est d’un grand intérêt de constater combien ces caractéristiques conservent, au-delà des chocs technologiques, leur permanence.

 

Auteur

visuel_expert_luc-boyer-new.jpg

Directeur de Recherche à l’Université de Paris Dauphine

Luc Boyer est Docteur d’Etat es Sciences de...

visuel_expert_luc-boyer-new.jpg

Luc Boyer

Directeur de Recherche à l’Université de Paris Dauphine Luc Boyer est Docteur d’Etat es Sciences de...

Du même auteur