ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Direction de start-up ?

visuel_start-up.jpg

 

Antoine Colboc, Associé du cabinet Boyden, a réalisé une étude à partir de 58 entretiens auprès de fondateurs de start-up, dans le domaine du digital, qui ont rencontré le succès au cours de ces dix dernières années (Blablacar, Criteo, Digitick, La Fourchette, Leetchi, Sarenza…). Ce succès est attesté par une cession ou une levée de fond de plus de 10 millions d’euros.


Qui sont-ils ?

À 90%, ce sont des hommes et, avec un âge médian de 42 ans, leur âge varie de 24 à 53 ans. Tous ont suivi des études supérieures (40% d’écoles d’ingénieurs, 35% d’écoles de commerce, 25% de l’université) et sont issus de milieux socio-professionnels très variés (pour 27% d’entre eux, leurs parents étaient entrepreneurs/commerçants, 21% médecins/architectes, 20% fonctionnaires/militaires/enseignants, 17% cadres en entreprise, 15% ouvriers/employés/agriculteurs).

Dans 64% des cas, ils ont déjà fondé au moins une start-up auparavant et avaient en moyenne 28 ans lors de la création de leur première start-up. Enfin, si la plupart avait déjà eu une ou deux expériences dans une entreprise, 34% d’entre eux n’ont jamais travaillé ailleurs que dans leur propre entreprise.

Une étude portant sur six dimensions managériales

À travers ces entretiens, Antoine Colboc a analysé en détail 6 dimensions managériales qu’il savait particulièrement présentes dans cette population : l’intuition, l’agilité, l’ambition, la pédagogie, la communication et le jeu collectif.

- L’intuition est très majoritairement vécue comme un mécanisme essentiel dans la vie de l’entrepreneur innovant puisqu’ils sont 80% à faire confiance à leur intuition. Elle leur permet d’entendre des signaux faibles et de repérer, avant les autres, une tendance ou une nouvelle idée.   

- L’agilité est le premier avantage compétitif d’une entreprise innovante face aux leaders établis sur le marché. Tous s’accordent à dire que vitesses de réaction et d’adaptation sont essentielles pour survivre dans le monde de l’innovation disruptive. Comment ? En regardant devant soi, en sachant remettre en cause ses propres décisions et en se méfiant des illusions.

- L’ambition est présente dès le départ. Elle s’exprime sur trois domaines, et dans cet ordre de priorité : la réussite personnelle, la réussite de l’entreprise et la réussite pécuniaire. L’ambition est un moteur indispensable à ces dirigeants : ils savent, malgré leur impatience, que le chemin de la réussite est long, 8 à 10 ans en moyenne.

- L’esprit pédagogique est identifiée comme un savoir-faire indispensable : savoir choisir les bons mots, savoir simplifier, savoir raconter une histoire et faire rêver. 90% des dirigeants rencontrés admettent sans réserve l’importance de la pédagogie et reconnaissent y prendre un vrai plaisir. Cependant, ils admettent volontiers qu’elle leur demande un important travail sur soi.

- La communication est la première activité du dirigeant qui se lance dans une aventure de start-up. Dans un contexte de forte croissance des équipes et d’évolution rapide des marchés, les dirigeants communiquent particulièrement en interne pour développer la confiance, rassembler, mobilier les équipes… Tous ne sont pas égaux devant la communication. Elle n’est pas naturelle pour tous mais chacun la travaille ou s’organise pour l’assurer par d’autres.

- Le jeu collectif , enfin, suppose d’apprendre à déléguer les responsabilités lorsqu’il s’agit d’accéder à des niveaux supérieurs de développement. Le changement de taille et de type de structure est un passage délicat qui demande également aux dirigeants d’accepter que d’autres fassent différemment d’eux.

S’il n’existe pas de profil unique menant au succès, leadership et management restent indissociables de la réussite. L’étude nous montre qu’au moment de la création de leur start-up, ces dirigeants étaient naturellement des leaders et ils ont compris qu’il fallait qu’ils soient également des managers.

A qui peut servir cette étude ?

À l’heure où toutes les entreprises sont confrontées à la transformation digitale et aux attentes des nouvelles générations, cette étude, en nous éclairant sur ces nouveaux modèles de management,  nous apporte une grille de lecture permettant d’évaluer les comportements managériaux favorables à la réussite de l’entrepreneuriat et permet à toute entreprise de s’en inspirer pour affronter plus efficacement les changements auxquels elle est confrontée, notamment dans le cadre de recrutement de cadres dirigeants.

Auteur

antoine_colboc.jpg

Associé chez Boyden

Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, Antoine commence sa carrière chez IBM et Econocom, dans des...

antoine_colboc.jpg

Antoine Colboc

Associé chez Boyden Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, Antoine commence sa carrière chez IBM et...

Du même auteur