ADP

RH info : site d'actu et d'information sur les ressources humaines.

RSS

Tout faire pour le bien-être ?

visuel_management_et_condition_travail_11_shutterstock.jpg

 

De plus en plus de services sont mis en place dans les entreprises pour le bien-être des collaborateurs. Google, élu en 2015 pour la quatrième année consécutive « Best Companies to work for » par le magazine Fortune (http://fortune.com/best-companies/), en est un bon exemple. Buffet traiteur gratuit, pressing, navettes avec connexions Wi-Fi… tout est fait pour rendre le cadre de travail des salariés agréable et fonctionnel.

Certaines entreprises ont surfé sur cette vague pour mettre en place des pratiques managériales « innovantes ». Quitte à aller un peu trop loin…

Voici un rapide listing des pratiques managériales plus farfelues :

1/ L’entreprise japonaise Ferray Corporation, spécialisée dans la conception de sites web, a décidé d’adopter neuf chats qu’elle laisse déambuler à leur gré dans ses locaux. Elle a également proposé une indemnité mensuelle de 35 euros aux salariés qui acceptaient d’adopter un chat et de l’emmener au bureau. L’entreprise espère ainsi que les félidés exerceront une influence positive grâce à leurs vertus communicatives, sanitaires et antistress. En France, des cafés à chats ouvrent régulièrement mais aucune entreprise n’a encore osé suivre la même démarche.

2/ Le concept du « Naked Friday » (« vendredi nu », NDLR) semble faire de plus en plus d’adeptes. L’idée est simple : venir au bureau vêtu de son plus simple appareil les vendredis. Derrière ce phénomène, point de naturisme mais une volonté de dépasser les inhibitions. Cette idée est défendue par un psychologue britannique, David Taylor, qui assure depuis 2009 que « c’est la plus forte expression de confiance en soi et envers les autres ». Une fois nus, les salariés parleraient plus ouvertement et laisseraient cours à leur créativité. Une PME britannique, Onebestway, et une startup de la Silicon Valley, The Bold Italic, ont déjà essayé pour un court laps de temps. Elles ont souligné les effets positifs de cette expérience sur la cohésion de groupe et les relations entre les collaborateurs.

3/ En cas d’échecs et de changements dans une entreprise, la communication n’est pas toujours la première clé utilisée par les employeurs. Les collaborateurs peuvent rester sans réponses à leurs questions concernant leur avenir et éprouver un sentiment de malaise et de désinformation. C’est contre cela que l’éditeur de logiciel Intuit, en Californie, a décidé de créer une « fête de la défaite ». Tous les 18 mois, les 2000 salariés sont invités à une soirée pendant laquelle sont évoqués les échecs pour faire de bilan des erreurs passées, dédramatiser et en tirer des leçons constructives. Une idée qui pourrait inspirer bien des entreprises, alors que 57% des managers français estiment que « rebondir après un échec professionnel est particulièrement difficile », selon un sondage publié en 2011 par l’Association progrès du management (APM).

4/ Des objets reflètent également l’essor de ces pratiques managériales axées sur le bien-être des salariés. Suivant les recherches faites par un professeur d’ergonomie et montrant que, sur une heure de travail, nous devrions être assis seulement seize minutes, des designers californiens ont créé un poste de travail multi-positions. Surnommé « Altwork Station » et composé d’un siège et d’un bureau pouvant faire tenir un ordinateur à l’horizontale, il permet de travailler à la fois assis, debout, et couché, et de changer de position régulièrement. L’entreprise « Pedal Power » a, quant à elle, développé aux Etats-Unis le bureau-vélo, afin de pouvoir faire du sport tout en travaillant. Son pendant européen, We Watt, a déjà installé quelques-unes de ses machines dans les gares françaises comme celle de Montparnasse à Paris. Enfin, le « Füüt » est un mini-hamac pour pieds commercialisé par l’entreprise sud-coréenne Connect Design, qui permet de reposer ses jambes au travail.

Derrière toutes ces initiatives, il y a bien évidemment l’idée d’améliorer la qualité de vie au travail. Car qui dit personnel épanoui dit impact économique positif pour l’entreprise. Ces nouvelles pratiques pourraient d’ailleurs apporter certaines solutions à la problématique clé des DRH : l’engagement au travail. Attention toutefois à ne pas dépasser les limites. Est-on seulement sûrs que ces soi-disant innovations correspondent aux attentes des salariés, alors que l'écoute et le cadre de travail restent encore trop souvent mis de côté ? Rassurez-vous : il reste possible d’établir une bonne ambiance au bureau et de proposer des services fonctionnels sans pour autant devoir travailler nu !

Auteur

lauriane_clement.jpg

Lauriane Clément est diplômée de Sciences Po Lyon et actuellement étudiante en journalisme à l'Institut Français de Presse.

Elle a cumulé...

lauriane_clement.jpg

Lauriane Clément

Lauriane Clément est diplômée de Sciences Po Lyon et actuellement étudiante en journalisme à l'...

Du même auteur

visuel_approche_globale_de_lentreprise_10_shtturstock.jpg

Vive l'économie collaborative

visuel_approche_globale_de_lentreprise_10_shtturstock.jpg

Vive l'économie collaborative

L’économie collaborative à l’échelle des entreprises Interview menée par Lauriane Clément Aurélie...

Par Lauriane Clément, le 23/06/2016

photo_pour_litw_de_pierre_julien.lauriane_clement.png

Les mots font le job

photo_pour_litw_de_pierre_julien.lauriane_clement.png

Les mots font le job

Interview de Pierre Jullien, le langagier de l’économie Pierre Jullien travaille depuis 1983 pour...

Par Lauriane Clément, le 21/04/2016