RH info

RSS

Articles
Imprimer Envoi email
Share
Communication > Internet et réseaux sociaux
(2 commentaires) |
(4 votes )
|
Mail et télétravail comme clefs de l’entreprise 2.0
03.12.2012
(Il y a 1 ans)
Par Vincent Berthelot

A priori ce titre peut laisser songeur puisque mail et télétravail appartiennent à une autre époque que celles des plateformes sociales et encore plus de l'entreprise 2.0, basée sur la collaboration, l'engagement et la transparence.

Pourtant à bien y regarder c'est dans la survivance du mail, malgré ses nombreux défauts, ainsi que dans la difficulté de mise en place du télétravail, en dépit de ses avantages, que l'on peut trouver des leviers vers le changement voulu.

Le mail dans les entreprises est passé du statut d'outil magique à celui de monstre incontrôlable qui coute des milliers d'heures aux entreprises en amenant ses salariés à utiliser une bonne partie de leur temps à trier et répondre à leurs mails.

Cet état de fait est d'ailleurs universel et interculturel, on nourrit le monstre dans toutes les entreprises du monde et on y enterre aussi la connaissance, mais la France de par ses particularités en détient certainement le triste record.

Dans le cadre de la rédaction d'un livre sur ce sujet avec deux autres co-auteur j'ai pu mesurer comment cette question dépassait largement celle de l'outil et en quoi elle était intimement lié aux échecs relativement fréquents de lancement de réseaux sociaux internes en France.

Le mail reflète notre culture qui est plus orientée à filtrer, cacher, jouer des alliances et des confidences que partager et afficher. Nous sommes enclins à faire des mails qui mettent plus en avant les problèmes, les risques que les solutions et dans une forme longue et compliquée qui semble pouvoir nous protéger.

La confiance, la transparence sont absentes de nos mails mais par magie viendraient alimenter nos réseaux sociaux internes ?

Si nous prenons l'exemple du télétravail c'est encore plus flagrant car il n'y pour ainsi dire aucune raison de imiter le développement de celui-ci, toutes les études sérieuses montrent que les entreprises qui passent au télétravail en tirent de multiples bénéfices. Les retours les plus notables sont une baisse du stress de leurs salariés, des couts logistiques diminués, une remontée de la qualité du travail et de la satisfaction des employés…

Avec un tel ROI l'engouement devrait être fantastique et pourtant seules les entreprises les plus audacieuses, innovantes et performantes socialement se lancent résolument alors que les autres en restent souvent au stade de l'expérimentation.

Vous avez deviné que le frein était là aussi culturel et managérial : mais que font tous ces salariés quand on ne le surveille pas ! Une journée de télétravail par semaine est un peu considérée comme une faveur par certaines entreprises alors que c'est un rapport gagnant-gagnant à mettre en place avec le salarié. On confond temps de présence et travail productif, présentéisme et engagement et beaucoup de managers restent attachés à la symbolique de pouvoir passer au milieu de leurs équipes dans la journée pour échanger un petit mot, prendre un café ou tout simplement se montrer.

Mail et Télétravail mettent en jeu les relations de pouvoir et l'image du management au sein de l'entreprise. Travailler sur les blocages qu'ils nous remontent permet de faire progresser collectivement l'organisation et d'évoluer dans nos manières de travailler non pas en surface mais dans les logiques culturelles qui s'y attachent.

Ces blocages sont actuels et réels, travailler directement sur leurs causes aura comme premier effet d'améliorer les usages du mail et du télétravail. Le second sera de vous placer dans une posture favorable à l'introduction des réseaux sociaux dans votre entreprise.

L'étape suivante est de lier ces nouveaux usages dans une approche cohérente qui permettent à chaque outil et process de renforcer l'orientation de l'entreprise vers un mode agile et apprenant.

Commenter
If the image is illegible, click it to get another one.
* Champ(s) obligatoire(s)

Berthelot20/12/2012 - 12:42

En effet pour une partie ce transfert est envisageable, ceci-étant pour des classes encore humaines de 20 à 30 personnes comme au CELSA l'interaction durant le cours est primordiale.
On peut penser ensuite à des professeurs, enseignants, animateurs qui puissent lire les réactions en temps direct des étudiants pour adapter le cours.
Le social learning pourrait aussi trouver sa place en entreprise dans des formations alternant travail personnel à distance et intermédiation avec le collectif.

IP11/12/2012 - 08:03

Ne faudrait-il pas commencer par l'université et toutes les écoles après-bac ou même la formation continue afin d'aprivoiser cette idée ? Pourquoi les professeurs et formateurs veulent-ils absolument des étudiants / auditeurs devant eux à tous leurs cours ? Pourquoi obliger à une présence physique et non pas venir seulement passer un examen => suppression des amphis et conservation des TD/TP ? Pourquoi les cours ne sont-ils pas en ligne et la FOAD ne fonctionne-t-elle pas pour les adultes ?
Dans d'autres pays aux étendues lointaines ou aux hivers très froids qui empêchent la circulation, cela existe. Ici, débutons par l'enseignement supérieur. Car quand je vois le nombre d'heures de cours obligatoires des étudiants actuellement avec des emplois du temps qui changent continuellement dans certaines filières, je suis stupéfaite que l'université veuille ressembler aux prépas.

Les favoris de nos lecteurs
Les dossiers RH info
Management des connaissances

15.06.2011

Tous les dossiers
Billet d'humour